2 378 CAS DE CONTENTIEUX DANS LA FONCTION PUBLIQUE Traque des salaires indus

Les premiers résultats du rapport de l’audit physique des agents de la Fonction publique ont révélé environ 22 898 cas de contentieux dont 2 378 confirmés contre lesquels l’Etat décide de procéder à la suspension de leurs salaires et d’engager une procédure pénale. C’est le ministre de la Fonction publique, du Travail et des relations avec les institutions, Mansour SY, qui a fait l’annonce hier, lundi 15 juillet, à la primature lors d’une réunion du comité de pilotage.serigne_mansoursy-ministre

Les résultats préliminaires du rapport de  l’audit physique et biométrique des agents de la Fonction publique ont révélé 22 898 cas de contentieux dont les 2 378 ont été confirmés et face auxquels l’Etat va procéder non seulement à la suspension de leurs salaires mais aussi d’engager une poursuite pénale. L’annonce est du ministre de la Fonction publique, du travail et des relations avec les institutions, Mansour SY. C’était hier, lundi 15 juillet lors d’une rencontre du comité de pilotage de l’Audi à la primature.

«La commission nationale de traitement des contentieux  a noté un certain nombre de contentieux. Il y a des contentieux confirmés qui sont au nombre de 2 378. A ce titre, il faut engager des procédures de suspension des salaires et engager des procédures pénales pour faire des ordres de recettes pour recouvrer les salaires indus», a fait savoir le ministre de la Fonction publique au cours de la réunion ministérielle.

Le ministre de la Fonction publique, du travail et des relations avec les institutions a signalé par ailleurs 9 892 autres contentieux dont la commission de traitement des contentieux procédera à des vérifications strictes de leurs cas. A ce titre, indique le ministre, «leurs salaires va être domicilié au billetage, c’est-à-dire au Trésor munis des éléments justificatifs ». Et de poursuivre : «au bout de trois mois, les salaires vont être suspendus et les procédures seront aussi engagées ». Pour autant, souligne Mansour Sy, «les suspensions de salaires vont se faire pour tous les contentieux validés, les domiciliations de salaires vont aussi se faire en ce qui concerne les agents dont les contentieux nécessitent des vérifications ultérieures».
Toujours dans le cadre des contentieux, le ministre a annoncé la tenue d’un audit complémentaire pouvant permettre à certains agents de fournir des justificatifs. Pour ce faire, des zones seront constituées en fonction de l’emplacement des agents sur  le territoire nationale et leur audition.

Toujours dans une logique d’amélioration de la gouvernance publique et la maitrise des effectifs réels de la Fonction publique, le ministre entend aussi  «demander une autorisation à une mission de l’inspection générale d’Etat au niveau de la direction de la solde pour savoir qui percevaient les salaires des décédés, des agents techniques qui ne sont plus ici», a-t-il précisé, tout en ajoutant : «ces missions iront jusque dans les banques».

10 628 agents ré-audités
Le ministre a soutenu que «10 628 vont être ré-audités avant fin juillet 2013. Ce sont des agents qui étaient en mission commandée ou à l’étranger ». On note aussi, de l’avis du ministre,  9 276 agents absents non justifiés dans le cadre des audits, et qui sont régulièrement payés
L’audit a coûté à l’Etat du Sénégal au titre des frais de déplacement, de fonctionnement, le carburant, les frais d’impression, une enveloppe de 395 798 910 millions F Cfa. Sans oublier le budget pris en charge par l’Agence informatique de l’Etat au niveau de l’Union européenne qui s’élève à 358 millions.

Les irrégularités notées
Face à la presse, M. Sy est revenu sur les irrégularités notées dans le cadre des audits notamment d’agents payés mais qui sont inconnus de leurs ministères ou des services  déconcentrés. Pis encore, des agents de l’Etat qui résident à l’extérieur depuis des années pour leur propre compte sont régulièrement payés par la direction de la solde. Et 197 enseignants se sont déclarés être à la disposition des foyers religieux. Face à cette situation, dit-il, «Ils ont été identifiés dans le cadre d’un listing. Des mesures seront prises pour récupérer les salaires indus».
Pour Mansour Sy, les résultats définitifs de l’audit permettront «une gestion prévisionnelle de notre administration et une rationalisation des compétences».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*