« 23 juin 2011-23 juin 2018 » : Le Patriotisme est-il sacrifié sur l’autel du pouvoir de la force ?

Le 23 juin 2011, jour pour jour, le Sénégal avait basculé dans un soulèvement populaire pour empêcher le vote de la loi sur le quart bloquant et l’introduction du ticket de l’élection simultanée au suffrage universel du Président et du vice-président de la République.

Un coup d’état Constitutionnel que les Sénégalais ne pouvaient laisser passer. Et au final, Wade a été chassé du pouvoir. Mais sept ans après, soit le 23 juin 2018, que reste-t-il de cet élan de patriotisme des Sénégalais ?

Le « 23 juin 2011 », tous les Sénégalais s’étaient levés comme un seul homme pour contester le vote de la loi à l’hémicycle qui prévoyait l’introduction du ticket de l’élection simultanée au suffrage universel du Président et du vice-président de la République .Ce jour mémorable, le sang de plusieurs sénégalais avait été versé pour le rétablissement des fondamentaux de la démocratie sénégalaise.

L’étudiant Mamadou Diop y avait laissé la vie, ainsi que plusieurs autres sénégalais à Dakar et dans les régions. De guerre lasse, la majorité avait fini par faire machine –arrière et cette loi a été retirée des circuits de l’assemblée nationale. Ainsi depuis lors, le 23 juin a été retenu comme une date mémorable par les leaders et manifestants qui ont tenu en haleine le pouvoir de Wade à l’époque. Mais entre temps, le temps ayant fait son œuvre, Macky est arrivé au pouvoir en 2012.

En effet, une partie de ceux qui luttaient pour le « 23 juin » ont rejoint les cercles du pouvoir. Et les autres sont restés dans le combat. Mais ironie du sort, le nouveau pouvoir a pris sur lui pour restreindre les libertés d’expression, de marche et de contestation des opposants et autres « combattants » du « 23 juin ».

En effet toutes les manifestations organisées par les forces vives issues de cette date mémorable ont été soit interdites soit réprimées. D’ailleurs, la dernière manifestation des forces vives du « 23 juin 2018 », qui contestaient le vote de loi sur le parrainage, s’est soldée par une interdiction préfectorale et une répression anticipée des forces de l’ordre.

Ce qui fait qu’en définitive, le régime en place est parvenu à affaiblir densément ce mouvement du « 23 juin » qui est presque devenu une entité citoyenne dispersée et « charcutée » par des gens du pouvoir qui proclament toujours, leur appartenance sans conviction à cette date mémorable. Ce qui signifie en clair que le pouvoir de la force est parvenu à sacrifier la notion de patriotisme incarnée par cette date qui marque un tournent dans l’histoire politique des Sénégalais.

Assane SEYE-Senegal7

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*