31 décembre 2017: Toxicité mensongère & les Overdoses Usuelles de la Sphère Facho. par Ahmadou Diop.

Tout d’abord, la Radio Sunuker.Com : la première radio FM panafricaine à Los Angeles, en Californie, vous  souhaite  une bonne santé, une  longue vie  et vous  présente ses meilleurs vœux   de bonne année 2018 !  Que  l’année qui  commencera  dans une semaine, soit meilleure  que celle qui s’achèvera dans une semaine ! Que dieu, le miséricordieux, le Clément, le Tout-puissant, l’unique,    Créateur de l’Univers,  le Maître des cieux et de la terre, nous guide, nous  éclaire de sa lumière éternelle, pour qu’il y ait la paix  mondiale,  l’harmonie, la fraternité, l’entente cordiale et la cohésion  entre les peuples et les nations !  Amine !

Cela étant, nous souhaitons  que dieu nous  préserve  et nous  débarrasse  des forces sataniques  et leurs souteneurs !   Amine et pour cause !

Décidément, le Sénégal, est devenu  hystériquement  le ciel ouvert des déchets toxiques et  le dépotoir  des  détenus terroristes  à   tout vent.   Car outre   les  Deux Détenus De Guantanamo,  qui sont accueillis scandaleusement à Dakar et  dans des conditions affreusement indignes, passent encore comme une lettre à la poste,  que rien absolument ne peut expliquer,  nonobstant, quatre Génocidaires Rwandais, s’y ajoutent,  atterrissent au pays  étrange de la Téranga et à la renverse.

  Soyons tous debout face à la pollution politico- judicaire de la sphère Mackyée.

 Manifestement, il y a là  quelque chose d’insolite, d’inacceptable. Décidément, la rupture est devenu   amas de foutoir, nous donne la chair de poule  et  la mesure  d’un gouvernement  de bazar,  délinquant, dont  déliquescence totale, est devenu  un secret de polichinelle, va de dysfonctionnements  en  continu.  La réalité dépasse même  la science fiction. À quelle fin et pour qui ?

Ballon de sonde des sorties décapantes  de mimi Touré, ou  la mascotte  invertébrée, timbrée  des balourdises exponentielles  des courbettes, prépare le terrain  pour embellir et labelliser  une gouvernance des fripouilles pouilleuses en bande organisée, le 31 décembre 2017.

Mimi Touré,  elle aussi surnommée l’envoyée Spéciale  de la mécanique cataclysmique  des menteries inflationnistes,   prépare  l’éternel discours  de la sainte sylvestre   auprès  de  son  excellence des menteries,  Macky Sall- himself – l’Envoyé Spécial  Colonial  en Afrique , attitré et accrédité  à Dakar.

 Rappel pour rafraîchir les mémoires : 2013  Médiation Fenal-,  initiée par Abdou Latif Coulibaly :   le chiffre  de 30  mrds de FCFA de la traque des biens mal acquis  passe à 200 mrds de FCFA. Plus  menteur que   le  label  de  la République ethnique des chiffonniers boucaniers  ethniques, tu n’existes pas.

 C’est une ne première dans l’histoire du Sénégal. Une ministronne  de la justice  et garde des sceaux  au service  du félon, récupère, transige  à elle seule  et dans le secret des dieux,  une telle  somme,    même minimum, soit elle, relève incontestablement  d’un banditisme.     On peut penser qu’elle  s’est bien servie sur le butin amassé  qu’elle  partage  à huis clos avec son  envoyeur-mentor avec lequel  elle a le même dénominateur commun  de l’indignité.   Un écran de fumée  qui  témoigne  incontestablement que la monarchie présidentielle porte un caractère politique bidon,  comme en arrière-plan, selon lequel  que nous n’avons que des institutions asservies, venues dalleurs.

La gouvernance moribonde ignore totalement la notion régalienne d’état, au point que tantôt,   la ministronne de la justice du fraudeur-pantin se substitue au présumé Doyen  – des Juges Doungourou, Samba Sall   et à  son  soi-disant procureur –alimentaire, Serigne Basssirou Guèye. Tous les deux  se dégonflent  et n’agissent  que sur commande d’en haut.

Normalement, si nous étions dans une véritable justice,  le procureur devrait s’autosaisir sur la question  et entendre  l’ancienne ministron du despote,  usurpe   la fonction et s’arroge  l’outrecuidance de récupérer de l’argent cash.  Nous sommes bien dans une république  de capharnaüm  peu vertueuse dans laquelle règne l’anarchie et l’opacité totale.

Cela en dit long sur une  la république  nébuleuse, scandaleuse  des  proxénètes ethniques des  voyous  et des caïds  en bande organisée. Où est donc le socle  de  la transparence  dont on tympanise les oreilles à longueur de journées  dans  un tapage médiatico-politique, emphatique ?

  Ne soyez pas donc   surpris,  et prenez vos gardes,  quand vous entendrez au soir du 31 décembre 2017,  et  à vos dépens   le discours ténébreux  de piètre qualité  de  l’imposteur,  déclaré, le label saugrenu  des contre-vérités fumantes  de fin d’année !

  Prenons donc avec   philosophie la tambouille de mauvais goût, c’est-à-dire  le  cocktail  des  overdoses du chien de garde de l’occident, singera ses prétendues réalisations en bandoulière, comme d’habitude,  tant par  sa pollution politique  que mentale et   ses simagrées courantes,  dont il excelle  constamment,  exclusivement,  pour croire nous enfariner.

  Comme tout  dictateur de sa trempe,  ses auxiliaires de services de ramassis, très prompts,  après avoir fait de  preuve  des rafles et des cueillettes  de jour comme de nuit,  pires que celles de veld’hiv,   procédera lâchement à des grâces des prisonniers, pour montrer sa magnanimité divine et son empathie imaginaire.

Nous sommes absolument  blindés, immunisés  contre les élucubrations irrévérencieuses,  surannées et  fumeuses de part du  Nègre, valet de  service, qui ne jure que par ses maîtres blancs à qui il donne du travail.

Le 31  décembre 2017, l’inventeur- expert professionnel, profanateur,  comme à l’accoutumée,  fera du ” réchauffé “,  s’y cramponnera, telle une teigne,   ne dérogera jamais à sa règle usuelle,  pimentera sa sauce,   ne manquera pas de culot, se distinguera  de nouveau,  exposera, excellera comme toujours, par  des chiffres  bidonnés, inventera sans remords, ni vertu, ni scrupules,  ni retenue, créera  de toute pièce  à l’appui, tout azimut, notamment sur la thématique  terroriste, invisible du ciel   sénégalais, qui est  totalement  Sénégal,  les relèvera  davantage, pour leur donner un caractère  véridique, alors que tout est mensonge du début jusqu’à la fin.

 Pour ce faire,  comme il le sait faire, dira-t-il,   l’état sénégalais  en collaboration  avec les services français de  renseignements  en jointure avec le FBI,  a  déjoué  plus d’une fois  des tentatives de terrorisme,  et  dépensé  des mrds de FCFA  en matériels  logistiques, pour endiguer et stopper  les réseaux dormants du   terrorisme  en liens avec les djihadistes.

Mais l’homme  y ajoutera, que nous ne sommes pas à l’abri de rien, pour monter les enchères et la mayonnaise, lorsque tout est mensonge du début jusqu’ici.   L’émergence du Sénégal, dira-t-il,   est une réalité, puisque nous avons enregistré cette année un taux de croissance qui avoisinera, 6,5 %, atteindra le chiffre raisonnable de 7%, début 2018.

 Nous  avons maitrisé les dépenses compte tenu de la conjoncture internationale, mais l’économie sénégalaise a réalisé des performances jamais inégalées,  importantes,  se porte bien,  vu l’expertise de nos partenaires  du fmi et de la  banque mondiale,  ce qui fait nous avons atteint une autosuffisance alimentaire,  sermonnera, le despote encombrant.

  S’appuyant sur les chiffres bidon  de son  Envoyée spéciale,  qui  n’est rien d’autre   Mimi Touré, l’autre scandaleuse fonctionnaire politique parmi tant d’autres,  qui  a emprunté elle aussi  les  raccourcis politiques et les méandres des  postes de nomination Tan sa bula nex- Alors,  le chef clanique va déclarer en abondance que   la justice a déjà  récupéré  la somme astronomique   de  200  mrds  de FCFA sur la traque des biens mal acquis.  Bref, le bilan catastrophique de sa gouvernance ethnique,  passera, selon lui en rose, comme tout  despote de son rang.

Car  il  tentera vaille que vaille  à nous  faire  avaler l’entourloupe, selon que laquelle  le Sénégal est un pays de droit le Sénégal l’Homme.

 Par ailleurs, tant que les cérémonies religieuses s’éloigneront  des raisons  historiques  pour lesquelles elles ont été créées,   elles  risquent  de  s’étioler davantage au fur et à mesure que le temps passe, pour n’être qu’une simple  machine clientéliste,  ou des  rabatteurs  notoires  d’enregistrement  convertis   en  caisse de résonance  et  de  tribune politique et  pour cause et  la gloire  de la  monarchie présidentielle, le symbole  du  guichet automatique,  et  dont la   platitude manifeste se mesure   à l’aune  de ses   valises  de liasse de banque  de  FCFA pleines   à craquer,  émanent du  racket  organisé  du contribuable sénégalais,  dévalisé, siphonné jusqu’à la lie et  de  fond en comble, sont  par essence source de corruptions   massives  à haut débit,  atterrissent   directement dans les  mêmes  poches   des organisateurs, qui se frottent les mains  et  se   nourrissent  allégrement, exclusivement  que leur autorise  leur posture supposée.

 Dans ces conditions,   le pouvoir temporel et son bras armé, clientéliste,  auront toujours  de belles années devant eux, pourvu que cela perdure.

Le Sénégal   s’honore -t-il vraiment  lui-même, lorsque  la majorité candide , tondue,  encapsulée   qui   se dégonfle,  se laisse dominer  par   une    minoritaire toute puissante,  est   en totale   jointure par télépathie et dans le secret des dieux   avec  une  certaine  nomenklatura  politico- religieuse, goinfrée,  bourgeoise et capitaliste,  se  travestit comme étant une  entremetteuse politique, apparaît avoir un droit de vie et de mort sur ses sujets.

une certaine  classe religieuse   apparaît avoir  les mains,  les  points  et les pieds liés , sont obligés   de  renvoyer  l’ascenseur  à  son  bienfaiteur,  se  complait  par ses combines, s’écarte  du droit chemin,  a failli  sur la mission tracée   par leurs géniteurs respectifs.  Cette bourgeoisie religieuse   est en totale porte  à faux  avec les fondateurs confrériques, pour des raisons bassement  mondaines, s’encarte étrangement    avec  le pouvoir politique.

Celle-ci    n’a rien  d’autres priorités absolues   qu’ à  garder par  la ruse  ses privilèges indus,  grâce à ses  discours plus politiques que religieux,  lesquels sont alambiqués,  s’inscrivent  savamment dans une  ambigüité sciemment  entretenue,   passent  leur temps  à tresser  à longueur de journées  les éloges  fabuleux   d’ un  sacré monstre, imposteur-  professionnel, menteur profanateur dans l’âme,  à dessein  de croire pouvoir   réélire  à eux seuls  le monarque et  ceci   par  la   prétendue rhétorique  divine,   virtuelle, emmitouflée   et   au nom  des  galipettes  peu vertueuses,  mues  sur  la base  de leurs propres intérêts matériels,  crypto- personnels.

In the Spotlight

Mohammed ben Salmane blessé

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Mohammed ben Nayef, ancien prince héritier saoudien, confirme sur son compte Twitter que le fils et successeur désigné du roi saoudien, Mohammed ben Salmane, avait été blessé au cours de la fusillade qui a eu [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*