ATTRIBUTION DE NOUVEAUX BLOCS : Pétrosen dément et explique

Ces derniers jours, des informations font état de la volonté de l’Etat d’entamer un second cycle d’attribution de blocs pétroliers. Ce, à travers la Conférence «Africa Oil and Power 2019». Et selon le journaliste Adama Gaye, aujourd’hui en prison, Enjoy Ayuk Eyonk, un avocat au passé sulfureux, pourrait être bénéficiaire de ces nouvelles licences. Ce que dément Pétrosen dans un communiqué dont nous vous proposons des extraits.

Plutôt un accord de partenariat

«L’information évoquée est plutôt un accord de partenariat entre, d’une part, la société nationale des pétroles du Sénégal (Petrosen) et le Comité d’Orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Petrogaz) et, d’autre part, l’organisateur d’un salon international du pétrole et du gaz en Afrique du Sud (Africa Oil and Power), pour la promotion du bassin sédimentaire sénégalais qui reste, malgré les dernières découvertes de pétrole et de gaz, encore sous exploré.

Pourquoi l’accord de partenariat

Il ne s’agit donc nullement de l’octroi de nouvelles licences de recherche, ni de blocs, encore moins de contrats, qui se font suivant une procédure particulière d’appels d’offres internationaux, tel que stipulé dans le nouveau Code pétrolier (Article 12). Il est utile de rappeler que Petrosen, est présente dans les conférences internationales les plus importantes dans le monde depuis plus de vingt ans, dans le cadre de sa mission de promotion du bassin sédimentaire. Ces conférences constituent des moments privilégiés pour faire passer des messages. Dans ce genre de rencontres, il faut s’accorder avec les organisateurs pour bénéficier des meilleurs moments de l’audience pour passer son message.

Le partenariat avec Africa Oil

C’est dans cette perspective que Petrosen a noué un partenariat avec l’agence Africa Oil and Power, qui organise chaque année une conférence internationale sur le pétrole et le gaz, comme cela se fait à travers le monde dans ce secteur, pour mieux vendre la destination Sénégal et attirer les investisseurs et les compagnies pétrolières internationales.

En effet, comme énoncé lors de l’Atelier national pour la mise en œuvre de la loi sur le Contenu local du 2 juillet 2019 à Diamniadio, le Sénégal dispose d’une dizaine de blocs libres qui feront l’objet d’appel d’offres. Afin d’en tirer le meilleur profit en attirant les meilleures compagnies, une campagne de promotion intensive est nécessaire à l’occasion des rencontres internationales des acteurs de l’industrie pétrolière qui tiennent chaque année en Afrique du Sud, Houston (Texas), Calgary et Londres. Ce partenariat s’inscrit dans ce cadre et pour chaque étape, il y a un partenaire hôte.

Appel à concurrence pour les blocs

En Afrique du Sud, durant la conférence, l’Etat du Sénégal, à travers le Ministère du Pétrole et des Energies, va lancer officiellement l’appel à la concurrence sur les blocs libres et indiquer aux compagnies pétrolières les procédures d’accès aux cahiers de charge et de la soumission des offres. Cette méthode qui est pratiquée dans la majeure partie des pays producteurs est bien connue des compagnies pétrolières. D’ailleurs, c’est la méthode Norvégienne plus communément connue sous l’appellation ‘‘Licensing rounds’’.

Après le lancement, ces dernières prendront contact avec le Ministère du Pétrole et des Energies, la seule Autorité compétente pour l’attribution des permis de recherche d’Hydrocarbures au Sénégal (article 3 de la Loi n°2019-03 portant Code pétrolier).»

NB : Les intertitres sont de la rédaction

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.