Crime d’Etat par la soldatesque Waffen SS. [Par Ahmadou Diop]

macky-despoteCrime d’Etat par la soldatesque SS Waffen : les étudiants, opprimés, sont des coupables désignés d’avance dans les cours d’assises des juges aux ordres.
Peut-on donc parler de philtre magique ? Bien sûr et toutes les supputations sont autorisées.
Bassirou Faye et Cie, les éternelles victimes, oubliées, mais point de coupables désignés. Les jets de pierres organisés priment sur les crimes de l’Etat – APR, savamment orchestrés. Et pour cause. Il n’y a qu’en Afrique des courbettes, en particulier, où cela est possible. Il faut le voir pour le croire.
Et la meute de chiens de gardes galeux, enragés, affamés, se déchaînent, occupent le terrain médiatique. Et chacun y va de sa musique époustouflante pour plaire au tyran, multimilliardaire, étrange, bien aimé, lequel n’a jamais fait de preuve patriotisme visible.
Une curiosité abrasive dans le ciel obscurci du Sénégal, le temple des procès exotiques ! Chaque jour que dieu fait avec son lot de scandales infinis, d’autres reprennent automatiquement leurs droits. La république des procès politiques, présumés judiciaires, cachent le bilan cala miteux gangstérisme
d’état comme système de gouvernance absolutiste. Voilà donc le spectacle permanent, ubuesque auquel nous assistons depuis 3 ans.
Les déluges de pierres contre Macky Sall, l’affairiste, pétainiste noir, ne peuvent couvrir l’imprescriptible crime d’état.
Depuis le regrettable soir historique du 25mars 2012, le tout répressif devient obligatoirement une norme, un label corrodant.
L’inondation médiatique et le lynchage contre les arrestations arbitraires ders étudiants ne peuvent l’emporter sur la culpabilité matérielle, affreuse d’un Etat voyou avec sa bande de traitres coalisés !
Nous sommes choqués, outrés, scandalisés et indignés lorsque nous avons lu des âneries purulentes et décapantes d’un valet pitoyable, alimentaire, déculotté, qui titre ridiculement : « monsieur le président de la république. Ils ne savent pas ce qu’ils font ».
Un tel article bidon d’une bassesse inouïe témoigne éloquemment sur la qualité primitive d’une plume de sang , nous renseigne sur l’esprit phagocyté, pithiatique de son auteur piteux, tente vaille que vaille à souiller par des non-dits, la mémoire le regretté étudiant, Bassirou Faye, criblé de balles réelles, qui a fini par rendre l’âme à la suite de ses blessures de la part de la soldatesque prétorienne, bassement abonnée à la gâchette facile, laquelle est totalement soumise et bien arrimée au pouvoir totalitaire, s’arroge le droit à l’impunité de façon automatiquement , n’avait rien d’autre à faire que de tirer à bout portant sur des manifestants désarmés.
Moins d’un an après le crime d’état organisé, non élucidé, Macky, le despote, provocateur, revient sur le même terrain du crime imprescriptible, pour les narguer et se purifier peut être, étrangement sur l’autel des étudiants sacrifiés , on ne sait quelle fin, comme si le talisman est un porte-bonheur pour sauver son régime agonisant, fondamentalement criminogène jusqu’à la moelle.
La visite étrange, inopportune, décriée du pétainiste noir, cet éternel faussaire des coups tordus à l’université cheikh Anta Diop, n’avait d’autre fin que de s’approprier indignement les dividendes politiques de basse besogne.
Ces minables pantins de service pensent-ils vraiment aux sorts des autres étudiants, victimes, dont les uns ont perdu définitivement l’usage de leurs yeux, leurs bras ou leurs jambes ?
La vie des étudiants massacrés vaut-elle moins que celle du l’agitateur satanique de la dernière espèce ? On est où ? Macky Sall, le nègre de service est par définition, le seul coupable, responsable du crime d’état, perpétré dans l’enceinte du temple du savoir.
S’il y’a don quelqu’un qui doit aller nécessairement à la cour d’assises, c’est bien le même pyromane, qui reste le principal suspect n°1, direct avec sa police estampillée Asp, cette milice déguisée à l’effigie des tontons macoutes, spécialisés des cueillettes et des coups tordus de jour comme de nuit !
Nous sommes bien au cœur d’un régime incurieux, totalement scandaleux et négationniste qui tourne à plein régime.
Le crime d’état ne passe pas et ne passera pas. Que Macky se détrompe, se le tienne pour dit !
Ahmadou Diop, leader CPC