ENTENDU SUR LE FOND CE MERCREDI, GUY MARIUS SAGNA DEVRAIT BÉNÉFICIER D’UNE LP VENDREDI

Guy Marius Sagna ne devrait pas faire un mois en détention. Arrêté et placé sous mandat de dépôt le 19 juillet dernier et inculpé pour fausse alerte au terrorisme, le célèbre activiste sera entendu sur le fond du dossier ce mercredi, 14 août, par le Doyen des Juges.

Au sortir de cette audition, Guy Marius Sagna retournera certainement dans sa cellule de la prison de Reubeuss, mais il devrait en sortir au bout de 48 heures, au plus tard, si le juge accorde une suite favorable à la demande de liberté provisoire introduite par son avocat, Me Moussa Sarr. La tendance va dans ce sens, selon nos informations. Le membre de l’association “anti-impérialiste Frapp / France Dégage” a ainsi de grandes chances de bénéficier de cette Liberté provisoire et quitter Reubeuss, vendredi.

Il est reproché à Guy Marius Sagna un texte, publié sur Facebook par l’association citée plus haut et dont il est membre, évoquant un attentat terroriste que préparerait la France au Sénégal. La ligne de défense de ses souteneurs a été, dès le début de l’affaire, de contester avoir lui-même écrit les propos incriminés dans la mesure où c’est un post sur la page du groupe et non la sienne, tandis que le procureur de la République lui collait l’article 429 bis du Code pénal : « Celui qui, par un moyen ou procédé quelconque communique ou divulgue une information qu’il sait fausse dans le but de faire croire à l’existence ou à l’imminence d’un attentat ou d’une explosion, d’une dégradation, détérioration ou menace, est puni d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de 500.000 francs à 2.000.000 de francs ».