La Chine recense près de 1 400 décès du coronavirus, mais moins de nouveaux cas

Quelque 1 380 décès et 63 851 patients contaminés par le coronavirus, désormais appelé Covid-19, ont été comptabilisés par les autorités sanitaires chinoises, vendredi. Des fluctuations du nombre de cas quotidiens qui intriguent notamment Washington.

Après un nombre record de décès et d’infections au coronavirus comptabilisé jeudi, le bilan semble revenir à la normale. Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé, vendredi 14 février, avoir recensé 121 décès supplémentaires en raison du Covid-19, portant à 1 380 le nombre total de morts depuis que l’épidémie s’est déclarée en décembre dernier.

Dans son bilan quotidien, la Commission nationale chinoise de la santé a fait savoir que plus de 5 000 cas de contamination supplémentaires ont été recensés en Chine continentale, soit un total de 63 851 patients.

Les fluctuations du nombre de cas quotidiens ont intrigué Washington. “Nous sommes un peu déçus du manque de transparence de la part des Chinois, les chiffres vont dans tous les sens (…) Il y a eu de la surprise”, a réagi le principal conseiller économique de la présidence américaine, Larry Kudlow.

A contrario, Donald Trump a félicité les mesures prises par son homologue chinois Xi Jinping. “Ils ont agi de manière professionnelle, et je pense qu’ils sont extrêmement compétents”, a dit le président américain dans un entretien à la radio en ligne iHeart Radio.

Une nouvelle méthode de diagnostic

La flambée du nombre de décès et de cas de contamination rapportés jeudi semble en grande partie liée à la nouvelle méthode de diagnostic utilisée par les autorités chinoises.

Des responsables locaux ont commencé à compter les cas diagnostiqués cliniquement pour s’assurer que les patients soient traités le plus tôt possible plutôt que de devoir attendre les tests de laboratoire pour confirmer qu’ils sont atteints de la maladie Covid-19. Ce changement fait craindre que la crise ne soit plus grave que ce que les autorités chinoises ont indiqué.

Un nouveau décès au Japon

Un troisième décès hors de Chine continentale a été signalé jeudi, au Japon. Les autorités ont annoncé qu’elles permettraient à certains passagers octogénaires de quitter vendredi le navire de croisière placé en quarantaine au large de Yokohama, à bord duquel plus de 200 cas de contamination ont été confirmés.

Les 1 455 passagers et 802 membres d’équipage d’un autre bateau de croisière, le MS Westerdam, ont pu débarquer vendredi au Cambodge. Le navire a passé deux semaines en mer après s’être vu interdire d’accoster par cinq pays par crainte d’une contamination au coronavirus, bien qu’aucun test à bord ne s’est révélé positif. De nouveaux tests vont être pratiqués par les autorités cambodgiennes.

Inquiétudes en Corée du Nord

Les États-Unis sont, eux, “très préoccupés” par le possible impact d’une épidémie en Corée du Nord. “Nous soutenons et encourageons fermement le travail d’organisations humanitaires américains et internationales et des organisations sanitaires pour contrer et contenir la propagation du coronavirus en Corée du Nord”, a déclaré Morgan Ortagus, la porte-parole du département d’État. “Les États-Unis sont prêts à faciliter rapidement l’approbation de l’aide provenant de ces organisations.”

La Fédération internationale de la Croix-Rouge a déclaré plus tôt qu’il y avait un besoin urgent de matériel de protection et de détection pour anticiper une possible épidémie de coronavirus en Corée du Nord, frontalière à la Chine continentale où l’épidémie s’est déclarée en décembre dernier.

Aucun cas de contamination n’y a pour le moment été confirmé. Pyongyang a toutefois pris des mesures de confinement pour les personnes présentant des symptômes connus du virus et a suspendu les liaisons aériennes et ferroviaires avec les pays voisins.

Une perte financière pour les compagnies aériennes

L’épidémie a également fait des dégâts économiques, ayant entraîné une “réduction potentielle de 4 à 5 milliards de dollars” (3,7 à 4,6 milliards d’euros) de revenus pour les compagnies aériennes du monde entier, estime l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) dans un communiqué. Elle a précisé que “70 compagnies aériennes ont annulé tous les vols internationaux à destination et en provenance de Chine” et “50 autres compagnies aériennes ont réduit leurs activités aériennes”.

En conséquence, cela a entraîné une “réduction de 80% de la capacité aérienne étrangère pour les voyageurs à destination et en provenance de Chine et une réduction de 40% de la capacité aérienne des compagnies aériennes chinoises”, selon des estimations préliminaires de l’organisation onusienne. Le premier trimestre de 2020 a connu une “réduction de 39% à 41% de la capacité des passagers, soit une réduction de 16,4 à 19,6 millions de passagers, par rapport aux prévisions des compagnies aériennes”.

L’OACI estime que le Japon pourrait perdre 1,29 milliard de dollars (1,19 milliard d’euros) de recettes touristiques et la Thaïlande en perdre 1,15 milliard (1,06 milliard). En outre, l’organisation souligne que les conséquences de l’épidémie du virus devraient être “plus importantes que celles causées par l’épidémie de Sras en 2003”.

Avec Reuters et AFP