« La dette intérieure est dans une proportion inquiétante»

Les difficultés que traversent les entreprises sénégalaises font débat. On parle d’une dette de 200 milliards de F CFA que l’Etat du Sénégal devrait aux entreprises nationales. Même si le ministère des Finances a sorti un communiqué pour dire que cette dette commence à être payée, une entreprise comme la CDE, très connue dans le milieu des Btp, a licencié 200 personnes, la semaine dernière.

Invité à l’émission Lr du Temps, sur Iradio, l’Economiste, Spécialiste en politique d’infrastructures, Papa Demba Thiam, pense que l’endettement peut bien menacer les emplois dans une entreprises. « C’est clair qu’une entreprise qui est endettée et qui n’a pas la possibilité de renouveler sa trésorerie est fondamentalement asphyxiée », a-t-il déclaré.

Toutefois, estime M. Thiam, la dette elle-même n’est pas une mauvaise approche. Pourvue qu’elle soit orientée dans des choix stratégiques. « Quelle soit intérieure ou extérieure, le propre de la dette comme effet de levier, c’est de produire de la richesse qui permet de la rembourser. Donc, il y a un problème de choix de processus décisionnel dans les activités pour lesquelles l’Etat s’endette. Il faudrait toujours avoir à l’esprit que ces activités se placent dans un schéma de création de richesses », a conseillé M. Thiam.

Par rapport à la dette intérieure, l’autre invite de Lr du Temps va plus loin. L’Expert financier, Cheikh Oumar Diagne, puisque c’est lui qu’il s’agit, pense que l’Etat relègue au second plan le secteur privé national.

« La dette intérieure est un paramètre qu’il faut analyser sur différents facteurs. L’Etat est dans une stratégie d’endettement depuis plusieurs années. Aujourd’hui, cette dette est dans une proportion inquiétante », fait savoir M. Diagne.

Poursuivant, l’Enseignant note que s’il y a un stock important de la dette au niveau national, c’est parce que l’Etat a décidé de respecter ses engagements à l’extérieur. « L’Etat privilégie l’extérieur au détriment du secteur privé national », pense Cheikh Oumar Diagne.

Source : Dakarmatin