LAMINE DIACK A LA JUGE : « JE SUIS TOUT SAUF UN CHEF DE BANDE QUI RANÇONNE DES ATHLETES »

Lamine Diack, Habib Cissé et Gabriel DOLLE ne seront pas libres de leurs mouvements. Leurs avocats ont demandé la mainlevée de leur contrôle judiciaire, lundi 13 janvier, la cour a dit niet. Elle a manifestement adhéré aux arguments développés par le procureur, qui estime, parlant notamment des deux Sénégalais, qu’il y a des risques de fuite. Surtout que dans ce dossier, explique-t-il, « la coopération avec le Sénégal est pour le moins aléatoire ». Le contrôle judiciaire, selon le procureur, permettra de garantir leur participation à l’audience de juin prochain.
Lamine Diack, 86 ans, avait pourtant tenté de convaincre la cour de sa bonne foi. Autrement dit, il expliqué qu’il n’aurait aucun intérêt à fuir et que sa dignité ne l’autoriserait pas à le faire. Puis, il confie à la juge : Mon frère a cent ans, un jour, il m’a posé cette question : « Lamine, est-ce que je te verrai avant de mourir ». Le vieil homme, la voix à peine audible enchaîne : « J’ai mon honneur à laver. Donnez-moi une semaine pour aller voir mon frère et revenir. » Il fixe la juge du regard, élève un peu la voix et lui dit : « Je suis tout sauf un chef de bande qui rançonne des athlètes. »
Malheureusement pour lui, sa demande a été rejetée.
Cheikh Sidou SYLLA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.