LE PRÉSIDENT WADE PARLE ENFIN: “ J’AI ÉTÉ TRAHI…”




Ce n’est plus le parfait amour entre le Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds), Me Abdoulaye Wade, et plusieurs leaders du Front de résistance nationale (Frn).

Et, pour démontrer un tel fait, le journal La Tribune indique qu’il a pris ses distances avec le groupe de Mamadou Diop Decroix, Bamba Ndiaye et Cie. Car, pour le pape du Sopi, il est clair et évident qu’il y a une « compromission » entre quelques responsables du Frn et le Président Macky Sall.

Au-delà de cet acte dénoncé, selon le journal du groupe Dmedia, il faut surtout signaler que le Mohican de Fann en veut à quelques-uns de ses alliés au point d’avoir défendu, devant un des responsables de sa formation politique, qu’il se sent trahi. « J’ai été trahi », a-t-il défendu si l’on se fie aux propos de notre interlocuteur qui déclare que son mentor a rougi de colère avant de prendre la décision de suspendre les activités de son parti au sein du Front de résistance nationale.

En vérité, le pape du Sopi n’arrive surtout pas à comprendre la démarche de nombre de ses alliés depuis la réélection de Macky Sall à la magistrature suprême suite à la présidentielle de février 2019. Pour rappel, peu avant les élections législatives de février 2017, plusieurs leaders politiques de l’opposition ont préféré rejoindre Me Wade pour pouvoir figurer sur des listes et se donner toutes les chances d’être élus à un poste de député.

Ce qui s’est réalisé pour certains, car le Pds, à travers sa coalition Wattù Senegaal, était arrivé deuxième derrière Benno Bokk Yakaar. D’ailleurs, il est la seule entité de l’opposition à disposer de groupe parlementaire. « Maintenant, il reste à deviner l’attitude du « vieux », si l’on sait qu’il reste un véritable dinosaure dans le Landerneau politique sénégalais pour être le seul et unique secrétaire général que le Pds connaît depuis sa création en août 1974. Il a également été l’opposant le plus charismatique de l’histoire politique du Sénégal qu’il a incarné pendant 26 ans et président de la République durant 12 ans », conclut Tribune.