Les gambiens ferment leurs frontières aux transports en commun sénégalais

Le Syndicat des Transporteurs Gambiens (GNTU) met ses menaces à exécution. A compter du 19 février, aucun véhicule de transport en commun en provenance du Sénégal ne franchira les frontières gambiennes.

Le président du syndicat, Omar Ceesay s’est confié au correspondant de iradio à Banjul, à l’occasion d’un point de presse. Cette mesure radicale est la conséquence de plusieurs incidents au poste frontalier de Karang où, à maintes reprises, des transporteurs sénégalais qui exercent dans ce secteur ont intercepté des bus de la compagnie de transport public gambien (GTPC).

Vendredi dernier, un bus de la GTPC a été intercepté par des chauffeurs sénégalais et a échappé de peu à un saccage. Pour les transporteurs de Karang, un seul bus gambien est autorisé à embarquer à partir de Banjul pour se rendre à Dakar. Une position battue en brèche par les transporteurs gambiens.

Ces derniers estiment qu’il n’y a aucune restriction en la matière et qu’une telle mesure constitue une violation flagrante du principe de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO.