LES RÉVÉLATIONS FRACASSANTES DE L’EX DG DE PÉTROTIM FACE À L’OFNAC

Les contrats de Petrotim, en date du 17 janvier 2012, sont des faux qui ont été antidatés. Interrogé dans le cadre de l’enquête de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC), Ibrahima Mbodj, ex-Directeur général de Petrotim, met tout sur le dos de Karim Wade. Indiquant que c’est lors d’une audience, courant 2012, que Wade-fils lui avait instruit de proposer une compagnie dénommée Petrotim Limited les meilleurs termes contractuels au profit de l’État.

Toutefois, rapporte Libération, dans sa livraison du jour, Ibrahima Mbodj indique avoir rappelé à Karim Wade qu’en l’espèce, les 2 blocs ciblés faisaient l’objet de négociations très avancées avec la société Tullow oil.

Mais, ce dernier lui aurait signifié que ces négociations prenaient beaucoup de temps et qu’il fallait accélérer l’exploration du bassin sédimentaire. C’est ainsi que suite à ces instructions verbales, un projet de contrat « avec les meilleurs termes contractuels » a été envoyé à Petrotim Limited, qui l’accepté sans négociations. Non sans signaler « qu’il n’y a jamais eu de négociations directes entre Petrotim et Petrosen » : Il n’a vu que les dirigeants de Petrotim, en l’occurrence Eddie Wong que le jour de la signature du contrat dans son bureau, en présence de sa conseillère juridique, Aïssatou SY.

Seul bémol : Ibrahima Mbodj a certifié aux enquêteurs avoir signé les contrats en mars 2012 mais à sa grande surprise, au retour des dossiers à Petrosen, il a constaté que les contrats portaient la date du 17 janvier 2012.

L’OFNAC a recommandé des poursuites contre Karim Wade et Ibrahima Mbodj pour faux et usage de faux dans un document administratif.