L’Espagne lance un mandat d’arrêt contre Benjamin Netanyahu pour l’attaque de la flottille qui voulait forcer le blocus de Gaza en 2010

«Nous considérons que c’est une provocation. Nous travaillons avec les autorités espagnoles pour l’annuler»

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et sept autres responsables gouvernementaux, anciens et actuels, risquent d’être arrêtés s’ils posaient le pied en Espagne, après qu’un juge espagnol ait effectivement délivré un mandat d’arrêt à l’encontre du groupe, a-t-on rapporté.Selon le Latin American Herald Tribune, le juge de la Cour nationale espagnole, Jose de la Mata, a ordonné à la police et à la garde civile de l’avertir si M. Netanyahu et les six autres personnes entraient dans le pays, car leurs actions pourraient donner lieu à un procès à leur encontre concernant la Flottille de la liberté. L’attaque de 2010 a rouvertz.

Les autres hommes nommés dans ce numéro sont l’ancien ministre de la Défense Ehud Barak, l’ancien ministre des Affaires étrangères Avigdor Leiberman, l’ancien ministre des Affaires stratégiques Moshe Yaalon, l’ancien ministre de l’Intérieur Eli Yishai, ministre sans portefeuille Benny Begin et le vice-amiral Maron Eliezer, en charge de l’opération.

L’affaire – qui avait été suspendue par le juge de la Mata l’année dernière – avait été intentée à la suite de l’attaque des forces de sécurité israéliennes contre les navires d’assistance de la Flottille de la liberté, en 2010, qui tentaient d’atteindre Gaza.

Il s’agit du navire Mavi Marmara, principal navire civil d’une flotte qui tentaient de forcer le blocus israélien de la bande de Gaza. Les forces de défense israéliennes ont pris d’assaut le navire lors d’un raid qui a coûté la vie à neuf militants islamistes turques qui voulaient tuer des soldats israéliens. 

© Moshé Anielewicz – Europe Israël News