RAPATRIEMENT DES ETUDIANTS SENEGALAIS DE WUHAN : AVEU D’IMPUISSANCE OU MANQUE DE VOLONTE DE MACKY SALL ?

Aveu d’impuissance ? Manque de volonté ? Les commentaires vont bon train depuis que le président Macky Sall a annoncé que le Sénégal n’avait pas les moyens de rapatrier ses étudiants coincés à Wuhan, berceau de l’épidémie du coronavirus. « Nous travaillons avec les autorités chinoises pour voir toute possibilité de pouvoir les suivre de façon convenable. Pour l’instant nous en sommes là. Même les grands pays qui ont fait des rapatriements l’ont fait avec beaucoup de difficultés. Cela requiert une logistique tout à fait hors de portée du Sénégal. Il faut énormément de conditions », a déclaré le président de la République, lundi 3 février, en marge de la traditionnelle cérémonie « de levée de couleurs » au palais présidentiel.
« Pour nous, cette sortie du Président de la République est un aveu d’échec dans la prise en charge des problématiques liées à la protection des Sénégalais de l’Extérieur », a par exemple réagi Horizon Sans Frontières dans un communiqué repris par Leral. « Comment des pays comme la Tunisie, l’Algérie, le Maroc ont-ils trouvé des solutions, alors que leurs fils vivaient la même situation ? » interroge l’ONG.
Elle estime que la position du président Macky Sall « est purement et simplement assimilable à une non-assistance à personne en danger. » « Monsieur le Président, si vous permettez, prenez votre responsabilité devant l’histoire car demain, vous pourriez être tenu pour responsable s’il leur arrive malheur… »
Le Maroc a rapatrié 167 parmi ses ressortissants. Accompagnés d’une équipe médicale, ces Marocains ont été conduits à l’hôpital de Sidi Saïd à Meknès et l’hôpital militaire Mohamed V de Rabat, où ils resteront en observation pendant 20 jours. L’Algérie a également envoyé un avion. 36 étudiants algériens, ainsi que 10 Tunisiens et quelques Libyens doivent bénéficier de ce rapatriement. Et c’est à l’hôpital spécialisé dans les maladies infectieuses d’Alger que ces rapatriés seront maintenus à l’isolement pendant 15 jours, renseignent plusieurs journaux.
Question : pourquoi le Sénégal, conscient de son incapacité à organiser seul le rapatriement de ses étudiants, n’a-t-il pas demandé de l’aide au Maroc (partenaire de premier plan) pour que ses étudiants prennent place son avion ? Récemment, la France avait rapatrié des Européens dans un avion qu’elle avait affrété. L’Algérie a fait de même avec des étudiants tunisiens et libyens. Autre question : le Sénégal ne pouvait-il pas s’associer avec des pays de la sous-région pour organiser le rapatriement collectif de leurs étudiants respectifs ?
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles », disait Sénèque.
Cheikh Sidou SYLLA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.