Troisième mandat présidentiel : où a-t-on vu un Autocrate respecter sa parole donnée ? Par Ahmadou Diop.

Troisième   mandat présidentiel : où a-t-on  vu un  Autocrate  respecter  sa parole donnée ? Par Ahmadou Diop.

Sa  vulgaire sarabande  envoyée aux charbons ne dit ce que leur envoyeur veuille bien entendre.  Qui peut donc croire  vraiment au changeant et  qui nous promettait de réduire son mandat présidentiel de 7 à 5 ans, puisque le fameux référendum en mars 2016  ne concernait pas en cours   ?   Que vaut la parole d’un menteur imprévisible et  incorrigible, qui nous disait  et à qui voulait l’entendre, ne jamais mêler sa famille dans la gestion de l’état ?

 Seydou Guèye, l’avarié, l’endiablé doungourou fidèle captif, ripoux, porte-parole alimentaire des charniers de mensonges cousus de fil blanc, qui est fidèle à lui-même,  sa parole n’a jamais valu un sou. Quant à Ismael Madior  Fall,  le ministron de la justice  et garde des sceaux, accrédité auprès du tyran, déclare : «en principe, c’est le deuxième et dernier mandat du chef de l’Etat et pose une question et y répond.».

Macky Sall peut-il se présenter pour un troisième mandat à la présidentielle de 2024 ? «Je pense que la Constitution est assez claire.»

 Ce que dit la constitution, est une chose, mais lorsqu’il s’agit  de respecter son esprit à la lettre, c’en est une autre. Car le faussaire né, en a une autre lecture étriquée. On aura beau mettre sur pied une constitution inviolable et des garde-fous, le caïd, tant qu’il est  au pouvoir, la piétine allégrement par sa lâcheté.

Celui  qui nous promettait la rupture et un état de droit, s’est dédit à maintes reprises avec une désinvolture titanesque. Qu’en est-il aujourd’hui ? Il a nommé plus qu’un village entier  portant les mêmes patronymes particuliers bien sonnants dans toutes les structures de haut niveau de l’états sénégalais vassalisé jusqu’à la lie. Comme d’habitude- ndeyi mbiligui– le pédigrée va-t-en-guerre le coupable, maître des tripatouillages électoraux,,le monstre atypique, vindicatif, dévergondé, capitulard, des intérêts colonialistes, l’ennemi public, désigné silencieux, le potentat, qui est  surnommé l’inimitable désarticulé, maudit, le traitre de la  flétrissure des galéjades, du haut de son rang, de piètre qualité,  ne se prononce pas spontanément, mais  se garde bien  de nous éclairer, et  détient par devers  son  secret de polichinelle, comme tout félon de son  espèce.

Qui ne dit  rien,  se tut, consent,  entretient sciemment  le doute, tout en  laissant le soin  à ses blaireaux  de ramassis  de flagorneurs, passent leur sale temps à n’accoucher  que des  montagnes de mensonges suintants, qui sont substantiellement  conformes  à eux.  Vous verrez bien que  le despote  en chair et en os se reniera encore  davantage  et sans scrupules,  le moment  venu.

le L’apostat et  expert planificateur des manières aléatoires et ses compilations de braquages électoraux  confiscatoires à la démocratie empilés les uns et aux autres, s’arroge vertement  comme étant l’acrobate menteur professionnel, s’est lamentablement transformé depuis belle en véritable volatile mécréant, profanateur dans l’âme et jusqu’à l’abime, nous a  tous menti, et en fait son crédo, contre vents et marées, continuera de  nous narguer, nous  mentir sur toute la ligne, et sans   le moindre regret. C’est inscrit dans son adn qui lui colle à la peau, le poursuivra toute sa vie.  Il ne peut s’en dépêtrer.  Pour lui, gouverner, c’est mentir et mentir, n’en a cure des récriminations, d’où qu’elles puissent venir.