AbdouLatif Coulibaly, vous vous êtes permis, avec une phénoménale indélicatesse, de « tutoyer » Sérigne Saliou Mbacké

Abdou Latif Coulibaly
Abdou Latif Coulibaly
Abdou Latif Coulibaly

Cher Mr Abdou Latif Coulibaly, nous avons entendu, il y’a quelques jours avec stupéfaction,  votre  déclaration  à propos de l’affaire opposant l’homme d’affaires Aliko Dangote et la famille de Serigne Saliou Mbacké. Monsieur le ministre, vous vous êtes  permis,  avec une phénoménale indélicatesse,  de « tutoyer » Sérigne Saliou Mbacké. Vos  propos sont d’autant plus révoltants qu’ils viennent de la part de quelqu’un qui est censé parler au nom de tout un gouvernement, de surcroît un expert en communication. 

Il est clair qu’on ne vous reproche pas, Monsieur le ministre,  la prise de position dans cette affaire en faveur de Mr Dangote, car de toute évidence cette décision est au-delà de votre domaine de compétence, mais la responsabilité concernant le choix des mots ainsi que la manière de les dire vous incombe entièrement.  

Monsieur le ministre, vous devez savoir, comme tout bon journaliste d’ailleurs digne de sa profession, que le choix et l’utilisation des mots dans une déclaration aussi importante que celle que vous avez faite, ne sont point fortuits encore moins anodins.

Libre à vous d’avoir des convictions propres qui peuvent être complètement en déphasage avec la réalité au Sénégal (car une des réalités au Sénégal est l’importance des familles religieuses).

Libre également à vous, Mr Coulibaly, de ne pas donner de l’importance à une telle ou telle autre famille religieuse, mais  vous ne pourrez en aucune  manière vous octroyer le droit de manquer de respect à une personne aussi symbolique et importante que Serigne Saliou Mbacké.  

Votre indifférence manifeste à l’égard de certaines valeurs  et règles non écrites qui sont pourtant si chères aux sénégalais, combinée avec votre droit de vous s’exprimer librement ne vous dispense en rien de l’obligation de respecter chaque personne pour ne pas dire une personne de la dimension de Serigne Saliou.

Vos propos Monsieur le ministre sont d’autant plus choquants et révoltants lorsque qu’on sait que vous auriez utilisé cette petite mais non moins importante formule de politesse  à savoir « Monsieur », si vous vous adressiez à un dirigeant occidental d’une part. Et d’autre part lorsqu’on sait que ces propos ne vous aurez jamais frôlés l’esprit si Serigne Saliou était encore de ce monde.  Serait-ce de la calomnie avec une petite pointe d’hypocrisie ?

Monsieur Coulibaly, les sénégalais ne manqueront pas de remarquer que vos propos sont symptomatiques d’une certaine volonté de ravaler les vrais chefs religieux hautement importants dans notre société au rang de simples citoyens ordinaires.  Mais ce projet en apparence maçonnique n’aura jamais l’occasion d’aboutir.  Certains chefs religieux ne peuvent  et ne pourront jamais être des citoyens ordinaires. Parler d’eux de façon anodine et désinvolte n’y changera absolument rien.  

Les vrais chefs religieuses (j’insiste sur le mot vrai pour écarter tout amalgame) constituent en quelque sorte des clés de voûte permettant de maintenir l’équilibre mais surtout la cohésion de  notre si petite mais ô combien complexe société sénégalaise avec ces nombreux clivages. Et à ce titre ils méritent des prérogatives qui échappent aux citoyens ordinaires.   N’en déplaise à certains.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*