Abdoulaye Diop, ex-ministre des Finances «Au nom de l’efficacité, on sacrifiait souvent la légalité»

Abdoulaye Diop, ex-ministre des Finances
Abdoulaye Diop, ex-ministre des Finances
Abdoulaye Diop, ex-ministre des Finances

Après Tahibou Ndiaye, Ibrahima Wade, c’est l’ancien ministre de l’Economie et des Finances qui confirme la violation des règles administratives par l’interventionnisme du Président Wade. Abdoulaye Diop avoue, en effet, dans le cadre de l’attribution de terrains, que la légalité a été «souvent sacrifiée» au nom de l’efficacité. 

Le procès de l’administration Wade s’est poursuivi, hier, devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Les interventions directes de l’ancien chef de l’Etat dans des dossiers concernant l’attribution de terrains, déjà mentionnées par Tahibou Ndiaye ou encore Ibrahima Wade, ont été encore confirmées par l’ancien ministre de l’Economie et des Finances qui s’expliquait sur une attribution par voie de bail de deux terrains situés sur la Corniche ouest.

Des questions ayant trait aux rapports hiérarchiques au sein de la Commission de contrôle des opérations domaniales (Ccod) ont été passées en revue. Abdoulaye Diop a indiqué que la procédure d’échange et d’attribution de deux terrains situés sur la Corniche ouest de Dakar n’a pas respecté l’orthodoxie.

Il dit avoir «passé par dessus» le directeur des Domaines, à la suite d’une audience avec Ibrahim Aboukhalil Bourgi dit Bibo, qui avait utilisé «des voies détournées» pour l’avancement de son dossier avant de saisir directement le ministre de l’Economie et des Finances pour la réalisation du projet immobilier, le complexe résidentiel baptisé Eden Rock et la société Dahlia Sa. Abdoulaye Diop admet que le cas de figure est «courant» dans certaines circonstances, non sans faire un autre aveu de taille : «Au nom de l’efficacité, on sacrifiait souvent la légalité.»

«Tahibou Ndiaye me rendait compte régulièrement de ses rencontres avec» Wade
L’ancien ministre sous le régime de Abdoulaye Wade est en parfait accord avec l’ancien directeur du Cadastre et les différents directeurs des Impôts et Domaines auditionnés la veille et qui avaient fait état de l’intervention de certains ministres de Wade dans une procédure d’échange et d’attribution de deux terrains situés sur la Corniche Ouest de Dakar. «Je travaillais avec Tahibou Ndiaye comme tous les autres directeurs des Impôts et Domaines.

Il me rendait compte régulièrement de ses rencontres avec le Président Abdou­laye Wade», raconte-t-il. Sur des supposées «irrégularités» évoquées par l’ancien Directeur général des impôts et domaines (Dgid) dans les dossiers  de Eden Rock et la Dahlia Sa, Abdoulaye Diop dit n’y voir «rien de grave». Pourtant, à l’instruction et selon le procureur spécial, l’ancien ministre avait admis qu’«il y avait bien une irrégularité».

«Je n’avais pas d’intérêt particulier sur ce dossier. J’ai même eu à aider la coopérative d’habitat regroupant des magistrats quand leur dossier était bloqué», souligne-t-il. Il rappelle qu’il est intervenu pour l’instruction du dossier de Ibrahim Abou­khalil Bourgi, qui voulait une fusion de deux petites parcelles contigües à un de ses terrains sur la corniche. Sur le fait que la Ccod a émis des avis favorables pour des sociétés qui n’existaient pas, l’ex-argentier de l’Etat préfère «ne pas avancer sur des choses qu’(il) ne maîtrise pas».   

«Relation normale» avec Bibo 
Interrogé sur ses relations avec Bibo Bourgi, M. Diop dit avoir connu ce dernier, quand il était percepteur de Dakar. «Nous étions des voisins avec la société Bourgi Transit. Sa mère venait souvent pour payer des impôts. C’est elle qui me l’a présenté», reconnaît le ministre de l’Economie et des Finances de l’époque qui affirme que c’est de là qu’est née une «relation normale».

Le président de la Cour, les avocats des deux parties et le parquet  spécial sont revenus sur les questions relatives à l’échange de terrain entre Abdou Mody Ndiaye et l’Etat. Sur ce dossier, Abdoulaye Diop dit n’avoir pas été au courant de l’opération. En ce qui concerne ses rapports avec Abdou Mody Ndiaye, il dit ne pas connaître auparavant le nom de l’acquéreur de l’une des parcelles de la Corniche ouest.

 Cheikh Bamba DIAGNE

cbdiagne@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*