Abidjan – Jean-Paul Kouassi tire sur un Sénégalais : Le procureur tue Malick Fall Spécial

Un Sénégalais, prénommé Malick Fall, a été tué par un procureur en fonction à Abidjan à la suite d’une banale dispute.
Un Sénégalais, prénommé Malick Fall, a été tué par un procureur en fonction à Abidjan à la suite d’une banale dispute.
Un Sénégalais, prénommé Malick Fall, a été tué par un procureur en fonction à Abidjan à la suite d’une banale dispute.

Noël tragique à Abidjan : Un Sénégalais, prénommé Malick Fall, a été tué par un procureur en fonction à Abidjan à la suite d’une banale dispute.

L’info relève d’un scénario hollywodien et met en scène un procureur de la République d’Abidjan. Il aurait tiré à bout portant sur le Sénégalais Malick Habib Fall dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 décembre à Cocody. Blessé gravement au bas ventre, il succombera à ses blessures. Quelle tragédie ! Au lendemain de ce Noël tragique, l’incompréhension se mêle à la consternation après ce geste du procureur Jean-Paul Kouassi.

Alors que le Sénégalais de 32 ans est un fringant jeune homme qui happe la vie à pleines dents dans la ferveur abidjanaise. D’après les premières infos, il est inconnu des fichiers de la police. Bref, il ne ferait pas partie de la racaille qui peuple les chaudes nuits de la lagune Ebrié.

En relevant cette funeste affaire, les journaux ivoiriens tentent de percer les tenants et les aboutissants de ce crime. Selon par exemple le site connectioni­voi­rien­ne.net, elle fait suite à une banale dispute. Les faits se sont produits dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 décembre, entre 2h et 3h du matin, à Cocody dans le Quartier Lycée Technique.

Après une soirée arrosée dans un maquis d’Abidjan, le fils du magistrat, éméché, se montre agressif et se dispute vivement avec sa petite nièce. En plus, le propriétaire des lieux, poursuivent les médias ivoiriens, est lui aussi agressé par un proche de la famille du magistrat. Ce qui déclenche une bagarre générale impliquant des jeunes du quartier et le rejeton du mis en cause.

Dans ce désordre, certains clients dont Malick Habib Fall, interviennent pour calmer les esprits. Alerté, Jean-Paul Kouassi, magistrat et «neveu du Président Alassane Ouat­tara» débarque dans le maquis avec son fusil de calibre 12 et tire un coup en l’air, racontent plusieurs journaux ivoiriens.

Les jeunes se dispersent. Malick Habib Fall et deux autres essaient d’engager un dialogue avec lui. Passablement agacé, le procureur arme son fusil et fait feu à plusieurs reprises sur les trois jeunes faisant plusieurs blessés.

A cours de munition, le magistrat rentre chez lui pour recharger son arme. Le mal est déjà fait : Atteint au bas-ventre, Malick Fall est admis au bloc opératoire du Service de cardiologie du Chu de Treichville. Avant de succomber à ses blessures.

Jeudi matin, renchérit le site, le juge a tenté d’effacer des éléments de preuve de sa forfaiture avec la complicité des éléments du Ccdo (Centre de coordination des décisions opérationnelles). Depuis le drame, le magistrat, qui veut étouffer l’affaire, n’est plus réapparu à son domicile.

Durant ce moment d’incompréhension, plusieurs médias annoncent qu’il serait déjà en fuite. Alors que le magistrat prétend être «un proche de Alassane Ouattara» et qu’il est «en charge de juger Simone Gbagbo» pour prétendre à l’impunité. Mais, il n’est pas le fils de dieu…. En représailles, les jeunes ont brûlé un véhicule de type 4×4 lui appartenant.

 Bocar SAKHO

bsakho@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*