Accueilli hier à Dakar : Wade rentre en marchant

Accueilli par des membres du Comité directeur de son parti et des militants

Le secrétaire général du Pds est rentré au pays à sa manière. Accueilli par des membres du Comité directeur de son parti et des militants, Abdoulaye Wade a gardé le silence. Il a cependant improvisé une marche à l’aéroport de Dakar, avant d’être amené à l’arrêter par les Forces de l’ordre. Un avant-goût du meeting du 21 novembre, pas encore autorisé ?

Les groupuscules de militants qui ont jalonné le couloir qui mène au salon présidentiel en scandant «Gorgui !» sans retenue n’ont été point surpris. Pour certains, l’attente a été quand même longue.

Les grilles de l’aéroport leur ont servi de béquilles jusqu’à 21h 10mn. Soudain, le bonnet rouge de leur leader politique, Abdoulaye Wade, apparaît du tarmac.

L’alerte était donnée par le mouvement d’une délégation du Parti démocratique sénégalais composée de Me Madické Niang, Samuel Sarr, Modou Diagne Fada entre autres, vers la piste d’atterrissage.

Une fois les échanges de civilités terminés, le véhicule disposé pour transporter l’ancien chef de l’Etat est sorti avec des sièges arrière vides. A 80 m environ, escorté par sa vieille garde et des gendarmes, un Me Wade en costard marche à petits pas vers le parking de l’aéroport, laissant à sa gauche un salon d’honneur en réfection. Il a fallu qu’il franchisse le portail pour qu’il soit envahi par ses militants. Les cris de soutien s’intensifient.

D’au­cuns jouent aux coudes pour immortaliser l’instant. Son véhicule sombre l’attendait dehors. Le désordre s’installe. Les gendarmes réussissent à asseoir une ceinture de sécurité le conduisant jusqu’à la portière. Mais Wade préfère encore ses jambes. Il marche sur la chaussée. Avant qu’il n’arrive sur le parking des bus Senecartours, les Forces de l’ordre l’arrêtent pour échanger avec lui.

De ses discussions noyées par le brouhaha, le Pape du Sopi accepte d’entrer dans son véhicule. Encerclé par les militants, celui-ci roule lentement. Un motard lui indique la voie. La chaussée est dégagée par les bérets bleus. Une fois le dernier rond-point dépassé, le chauffeur appuie sur l’accélérateur. La file s’étend et se dirige vers Yoff. Mais l’ambiance a attiré des curieux qui fréquentent l’aérogare.

A travers les vitres de la salle d’embarquement, on s’offrait une vue sur la scène. Abdoulaye Wade laisse derrière lui des groupes de jeunes et de femmes manifestement acquis à sa cause. Sans dire mot. Il revenait aux Forces de l’ordre de lever les barricades et de rétablir la circulation. L’accueil de Wade avait entraîné le blocage de certaines voies. Les militants non véhiculés se débrouillent pour rentrer. Et L’aéroport retrouve son calme habituel.

biramefaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*