ACHAT DU TERRAIN DU DOMAINE MARITIME SUR LA CORNICHE PAR LA SOCIETE HARDSTAND IBRAHIMA DIOP MOUILLE LES SERVICES DU MINISTERE DES FINANCES

crei_proces karimL’administrateur provisoire de la société Hardstand, créée dans le cadre de la réalisation du projet immobilier Eden roc a noté des manquements dans l’attribution du terrain du domaine maritime situé sur l’avenue Roosevelt.

Devant la barre de la Crei hier, Ibrahima Diop, expert financier a fait état de forte implication… des services du ministère finances» dans le processus d’acquisition de ce terrain. Il ainsi évalué le coût global du préjudice à 12,772 milliards de F Cfa.

L’audience de l’enrichissement illicite opposant l’ancien ministre d’Etat, Karim Wade et coaccusés à la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) s’est poursuivie hier, mercredi 4 février, avec le ballet des experts comptables. A l’ordre du jour, la société Hardstand créée dans le cadre du projet immobilier : Eden roc sur un terrain du domaine maritime situé sur l’avenue Roosevelt. 
 
Appelé à la barre pour sa deuxième comparution en qualité de témoin sous serment, Ibrahima Diop, par ailleurs administrateur provisoire de cette société Hardstand a mouillé les services du ministère des finances dans le processus qui a permis à Hard stand d’acquérir.  
Devant la barre de la Crei, Ibrahima Diop a notamment assuré qu’il «existerait une forte implication sinon une impulsion des services du ministère finances» dans le processus d’acquisition de ce terrain sur la corniche.
 
 Selon lui, Hard stand a bénéficié de la bienveillance des services du domaine dans le montage du projet immobilier Eden roc. A le croire, ce terrain du domaine maritime, appartenant à l’Etat et qui avait été attribué au Général Lamine Cissé a fait l’objet d’un échange avec un autre sans évaluation préalable. Il a ainsi évalué le coût global du préjudice à 12,772 milliards de F Cfa». 
 
Déplorant une utilisation abusive des procédures d’urgence de la Ccod dans le cadre de ce projet immobilier, l‘administrateur provisoire de cette société a exprimé, lors de face à face avec la cour, son étonnement de la présence dans les dossiers de Harstad, d’une lettre du ministre des Affaires Etrangères envoyée à son homologue de l’intérieur Cheikh Tidiane Sy. 
 
Selon lui, cette correspondance, signée par le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, avait été envoyé suite à la plainte de la représentation diplomatique Italienne qui demandait l’arrêt de la nuisance causées par les travaux.  
Ainsi, la présence de cette lettre dans les dossiers Hard stand prouve donc, selon lui, à juste titre que cette société est protégée par des personnalités de l’Etat. «Comment cette lettre a pu se retrouver entre les mains de Hardstand», s’interrogea-t-il. 

Nando Cabral GOMIS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*