Contrat Senelec- Akilee: Les Français veulent leur part du gâteau

En visite à Dakar fin novembre, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy a évoqué avec le DG d’Akilee les modalités d’une entrée au capital de la start-up sénégalaise.

Accompagné de la DG d’EDF International Networks, Marie-Line Bassette, et de Valérie Levkov, en charge de l’Afrique chez EDF,Jean-Bernard Lévy s’est longuement entretenu fin novembre avec le DG et fondateur de la start-up Akilee, Amadou Ly, lui-même un ancien d’EDF. Soucieux d’accélérer son implantation en Afrique francophone, l’énergéticien a proposé à Akilee, active dans la fourniture de compteurs électriques intelligents, une entrée minoritaire à son capital. Une arrivée du groupe français dans l’actionnariat d’Akilee demanderait l’aval du ministre du pétrole et des énergies, Mouhamadou Makhtar, car depuis février la start-up est détenue à 34% par l’Etat sénégalais via la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec).

D’ores et déjà, Jean-Bernard Lévy a officialisé la signature de deux conventions de partenariat avec Akilee. Cette dernière doit fournir d’ici 2030 plusieurs centaines de milliers de compteurs (type Linky) dans le cadre du plan Advanced Metering Infrastructure souhaité par Macky Sall. Le projet vise entre autres à réduire drastiquement les pertes non techniques (vols, problèmes de facturation, etc.), estimées à près de 17%, alors que la demande des ménages sénégalais croît d’environ 8,4% par an. Akilee collabore déjà avec plusieurs groupes chinois pour fournir ces compteurs électriques, dont Hexing Electrical Co. Amadou Ly est notamment conseillé par l’avocat parisien Ali Hojeij.