De Luther à Idy, du Vietnam au Sénégal (Yakham Mbaye)

Franchement, trop souvent, dans ce pays, il est très, très difficile de s’élever ou de s’évader ! On est plongé dans un fabuleux documentaire sur la guerre du Vietnam, qui expose la déchirure interne que vit Martin Luther King Jr entre 1964 et 1967 du fait qu’il ne peut s’attaquer à son allié le Président Lyndon Baines Johnson qui a tant fait pour l’émancipation des Noirs, mais conduit la politique de massacre du peuple vietnamien.

Finalement, il privilégie son devoir d’homme juste, se rebiffe et s’exclame : « PARFOIS, LE SILENCE EST TRAHISON », en délivrant à Washington son deuxième plus grand discours après « I have a dream ». Un propos qui a contribué considérablement à basculer l’opinion américaine dans la cause anti-guerre du Vietnam.

J’étais dans ces moments d’histoire la nuit du 7 janvier 2020, devant ma télé, lorsque me vint l’idée de partager la belle formule du leader Noir Américain.

Et voilà que certains pour ne pas dire des journaux en ligne, qui ne pensent pas plus loin que politique politicienne, piquent la citation, me projettent plus d’un demi siècle plus tard avec des textes du genre « La pique de Yakham à Idrissa Seck ».

On est au Vietnam avec Luther, on vous ramène au Sénégal avec Idy à qui je n’ai aucune leçon à donner.

C’est franchement terrible la sécheresse d’esprit !

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.