Ibrahima Sène : “Le Khalife des Tidianes a jeté de l’huile sur le feu…”

Le leader du Pit, Ibrahima Sène, s’est aussi invité à la polémique sur l’interdiction du port du voile à l’Institution Sainte Jeanne-D’arc de Dakar. Et c’est pour s’attaquer au Khalife générale des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour, et Moustapha Diakhaté qu’il accuse d’avoir “mis de huile sur le feu”.
“L’État devait arrêter la controverse autour du respect du règlement intérieur de Jeanne-D’arc avant qu’il ne soit trop tard. Le Khalife général des Tidianes, après l’énergumène Moustapha Diakhaté, a jeté de l’huile au feu, alors que sa fonction, comme chef de confrérie liée aux “shiites libanais” et à l’Eglise, sa posture publique aurait dû être celle d’un réconciliateur”, a-t-il écrit dans une note transmise à la presse.

Le marabout avait profité d’une tribune, ce mardi, pour demander à ce que l’établissement en question soit fermé parce que “n’ayant aucun respect, aucune considération pour le Sénégal”.

Mais pour Sène, “ce que ces “shiites libanais veulent”, c’est l’acceptation du port du voile par les femmes, dans les lieux publics et privés, comme la charia en a décidé”.

C’est pourquoi, ajoute le responsable gauchiste, “ils ont eu recours à la provocation à Jeanne-D’arc, en s’opposant ostentatoirement à l’application du règlement intérieur de l’école, même après en avoir pris connaissance à temps. Et des gens comme Moustapha Diakhaté évoquent la constitution du Sénégal, pour leur donner raison”.

Allant plus loin dans ses propos, l’allié de Macky Sall estime que “cet énergumène n’a pas cure du fait que c’est un problème de port vestimentaire dans une école privée selon son règlement intérieur”.

Et de marteler : “Ces gens-là prétendent que l’école devait se conformer à la constitution pour accepter le voile des filles dans son établissement, alors qu’il n’y a aucune disposition de la constitution, ni aucune loi qui réglemente le port vestimentaire des Sénégalais”.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.