» le jour où la France trahit ses libérateurs »

Le 30 Novembre 1944, il y’eut une révolte au camp de Thiaroye, suite à la réclamation de leurs arriérés de solde et de leur prime de démobilisation, qu’on leur avait déjà refusés en France, avant leur retour en Afrique. Ils prirent le général Damian en otage donc.

Le 1er Décembre 1944, le bataillon de Saint-Louis donne l’assaut de nuit, sans sommation, du camp désarmé. Il y eu une trentaine de survivants qui furent condamnés à des peines allant de 1 à 10 ans, avec amende, et perte de leur indemnité de mobilisation. Ils ne furent libérés qu’en 1947 sans avoir été rétablis dans leurs droits, et n’ont pas eu droit à une pension de retraite.

Les corps de la majorité des tirailleurs fût enterré dans une fosse commune, une trentaine ayant eu des tombes individuelles, pour cacher le nombre réel de morts.

Le cimetière de Thiaroye 44 fût longtemps laissé à l’abandon.

Aujourd’hui, il a été réhabilité, et est ouvert aux pèlerins Africains. Le 23 Mai 2004, 60 ans après ce massacre, fut célébrée et instaurée, pour la première fois au Sénégal, la journée du Tirailleur Africain, en souvenir de la date de libération de la ville de Toulon, en France, par les tirailleurs le 23 Août 1944.

Honneur à la mémoire des victimes de la traîtrise française !

Paix à leur âme !

Par Moustapha Diakhaté

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.