« Les relents d’une trahison d’Etat »

LES RELENTS D’UNE TRAHISON D’ÉTAT

Au soleil de la politique politicienne, ce qui se trame sous nos yeux n’augure rien de bon en ces termes que tout est devenu deal, duperie, tromperie et félonie sur le dos du peuple innocent spectateur ou victime anodine. Toutefois, certains d’entre nous, en ne poussant même pas la réflexion, quoiqu’utile car opportune vu le moment et la période, ou partisans trouveront-ils tronquées nos appréhensions car de notre avenir il y est et de nos choix électoraux biaisés y sont-ils. L’on se poserait la question de savoir en quoi les retrouvailles de Wade et Macky intéressent et interpellent notre vécu et nos activités si un ex président ayant terminé ses mandats vient à se réconcilier nous dit-on avec un actuel président en exercice et que celui-ci l’accueille au palais pour que le premier laisse entendre à sa sortie que la gestion du pétrole est excellente, que sa vision pour le Sénégal est ambitieuse et que deux jours plus tard l’on nous annonce l’amnistie d’un maire écroué pour détournement de biens publics, faux et usage de faux…et qu’une semaine après le fils de l’ex président devrait être gracié alors qu’il fut jugé coupable de détournement de plusieurs milliards de francs CFA tout en faisant partie d’une liste de vingt et un présumés délinquants financiers?
C’est comme si les sénégalais sont érigés en de simples pantins mobilisés par des politicards véreux et sans respect aucun pour notre intelligence et l’état de nos finances toujours spoliées et détournées et que l’appareil judiciaire puisse être marionnetisé à chaque arrivée d’un nouveau président.
Quoi de plus absurde et bizarre que le seul à être condamné fut le fils de l’ex président et que les autres voient leur culpabilité effacée et que certains mêmes promus à gérer des Directions nationales.
Le pays est sous chantage.
Les lycaons se regroupent.
Que pourrait-on lire de ce mutisme criard et alarmant d’un président qui boucle son deuxième et dernier mandat tout en veillant poings et pieds liés, menaces proférées, destitution de directeurs ou humiliation de magistrats rien qu’en parlant ou faisant référence au terme de son mandat finissant?
Cette posture d’un silence d’avant drame n’augure rien de bon et ne prépare en rien un apaisement de l’arène politique et des lendemains meilleurs pour le pays.
Et pourquoi brandir un projet d’amnistie pour ceux et celles dont les mains sont trempées dans de très graves malversations financières?
Toutefois, en bon stratège, semble se targuer le lion endormi, l’exemple de Mobutu, d’Ould Amine Dada ou de l’ex fougueux président gambien qu’il a lui même aidé à plier bagages et s’exiler, semble également se dessiner.

( Une contribution de Papa Cissé de la RV)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.