Cheikh KANTE : «Ceux Qui Disent Que La Pauvreté N’a Pas Reculé Ne Savent Pas Lire»

Les chiffres sur les emplois créés par le régime en place et ceux sur la pauvreté dans le pays sont contestés par le ministre en charge du Suivi du Plan Sénégal émergent, Cheikh Kanté. Ce dernier qui faisait un exposé sur le bilan de ce plan soutient que la dette du pays est également viable contrairement ce que craignent les institutions financières internationales.

Concernant le bilan du Plan Sénégal émergent, l’ancien directeur du Port a rappelé que le pays a eu une moyenne de 6,6 % de croissance dans le premier plan quinquennal, et multiplié le revenu par tête d’habitant par 1,2 %. Dans la même lancée, il assure que les exportations du pays ont été également multipliées par 1,25 %. Seulement, sur le plan de l’emploi, Dr Cheikh Kanté a ouvertement contesté les chiffres de l’Ansd. Selon lui, cette Agence dans ses calculs n’a pas pris en compte les performances réalisées dans le secteur de l’agriculture. «Nous avons, suivant l’Agence nationale de la statistique et de la démographie un chiffre que je conteste, 490 000 emplois. Là, je dis que l’Ansd n’a pas comptabilisé la respiration économique qui est née de nos performances agricoles. Tout le monde sait qu’il y a eu de l’abondance agricole. De 460 000 tonnes, vous êtes bien placés pour avoir ces statistiques, nous sommes passés à plus d’un million de tonnes», a-t-il relevé. Pis, le ministre en charge du Suivi du Plan Sénégal émergent n’est pas d’accord également sur les chiffres officiels sur le niveau de pauvreté dans le pays.

«Dès fois, quand les gens disent que la pauvreté n’a pas reculé au Sénégal, c’est parce qu’ils ne savent pas lire certains signes. Si on prend l’analyse de l’énergie, de 1960 à 2012, il n’y a eu que 1 648 villages électrifiés au Sénégal. J’étais ébahi quand je lisais ces statistiques. C’est-à-dire que 1960 à 2012, les autres gouvernements ont électrifié sur la base de 29 villages par an. Avec le Plan Sénégal émergent, nous en avons fait 554 villages par an. Et, d’ici 2024, nous comptons atteindre l’électrification universelle», s’est-il défendu. Sur le registre des infrastructures, il assure que le régime actuel a fait mieux que les deux régimes précédents. D’ailleurs, il clame haut et fort que le projet du Train express régional est un bijou qui a démontré aussi la logique d’anticipation du gouvernement. «Il répond à une pathologie universelle qui est l’urbanisation», a-t-il souligné

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.