LE SENEGAL SORT LENTEMENT LA TETE DE L’EAU




Selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), l’activité de production industrielle du Sénégal s’est redressée de 3,3%. La production totale au cours des trois premiers mois de 2020 a, informe-t-elle, augmenté de 1,0% comparée à celle de la période correspondante de 2019…

Après deux mois de baisses consécutives en janvier (-3,5%) et février 2020 (-0,9%), l’activité industrielle du Sénégal a sorti lentement la tête de l’eau en mars 2020, enregistrant une augmentation de 2,9% en rythme mensuel, selon les données établies par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). « Cette performance est portée par les industries chimiques, alimentaires et de production d’énergie », a expliqué l’Ansd.

L’activité de production des industries chimiques a augmenté de 16,5% en liaison avec le relèvement de la fabrication des produits pharmaceutiques et de savons, détergents, produits d’entretiens (+70,4%) qui sont très sollicités pendant cette période de crise sanitaire. Le relèvement des activités de raffinage pétrolier (+33,3%) a aussi contribué à la performance des industries chimiques.

Par rapport à mars 2019, l’Ansd signale que la production des industries chimiques s’est bonifiée de 23,7%. La production au cours du premier trimestre 2020 a par contre baissé de 0,3% en référence à celle de la période correspondante de 2019. Au niveau de la production des industries alimentaires, un redressement de 7,3% est noté en mars 2020, découlant de la bonification de l’activité de transformation et conservation de fruits et légumes (+64,5%), de boissons (+34,0%) et de fabrication de condiments et assaisonnements (+21,8%).

Cependant, l’activité de production s’est réduite dans une bonne partie des sous-secteurs de l’agroalimentaire en l’occurrence la production de tabac (-44,4%), de confiseries et chocolats (- 28,2%), de corps gras (-22,2%), de conserve de poissons, crustacées et mollusques (- 20,8%) ainsi que la production d’aliments à base de céréale. sur un an, la production des industries alimentaires a progressé de 1,9%.

Le cumul sur les trois premiers mois de 2020 a fléchi de 0,3% comparé à celui de la période correspondante de 2019. Concernant la production d’énergie, une hausse de 3,1% est relevée durant la période sous revue. Le relèvement de l’activité de traitement et de captage d’eau (+8,1%) explique la hausse de la production d’énergie.

Par contre, l’Ansd a observé un léger recul de 0,1% de l’activité de production et de distribution d’électricité. Comparée à celle de mars 2019, l’activité de production d’énergie a augmenté de 6,2%. Rapportée à celle de la période correspondante de l’année précédente, la production totale au cours des trois premiers mois de 2020 a progressé de 9,3%. Hormis ces trois secteurs, tous les autres sont ressortis en baisse avec des degrés divers. L’activité de production des industries textiles et du cuir a ainsi chuté de 83,6% en mars 2020 en relation avec le cycle de production du coton. Comparée à celle de mars 2019, l’activité de production des industries textiles et du cuir a fortement augmenté.

Rapportée à celle de la période correspondante de l’année précédente, la production totale au cours du premier trimestre de 2020 s’est relevée de 14,5%. De son côté, l’activité de production des industries mécaniques a reculé de 14,3% en mars 2020.

Selon l’Ansd, ce résultat découle de la baisse de 81,1% de la production sidérurgique sur la période sous revue. Au même moment, il est noté un redressement de 34% de l’activité de fabrication d’autres ouvrages en métaux. Comparée à mars 2019, l’activité de production des industries mécaniques s’est réduite de 49,3%. La production totale au cours des trois premiers mois de 2020 a diminué de 25,9% par rapport à celle de la période correspondante de l’année 2019.

La production des industries extractives affiche une réduction de 9,2%

La production des industries extractives a, pour sa part, affiché une réduction de 9,2% en variation mensuelle. « Ce résultat est consécutif à la diminution de l’activité d’extraction de pierre, de sables et d’argiles (- 49,1%) induite par la fermeture des carrières avec l’avènement du Covid-19 », souligne l’Ansd.

Par ailleurs, la réduction de la production de sel et natron (-10,4%) a favorisé la contreperformance des industries extractives. Tout de même, l’activité d’extraction de phosphate a enregistré une hausse de 9,6% sur la période. En référence à celle de mars 2019, la production des industries extractives s’est contractée de 26,5.

Le cumul sur les trois premiers mois de 2020 s’est replié de 10,5% comparé à celui de la période correspondante de 2019. Quant à l’activité de production des industries des matériaux de construction, elle s’est repliée de 8,6% en mars 2020 du fait de la baisse de la production de ciment. En référence à celle de mars 2019, la production des industries des matériaux de construction s’est réduite de 3,4%. La production totale au cours du premier trimestre 2020 s’est, en revanche, hissée de 1,8% par rapport à celle de la période correspondante de l’année précédente. Comparativement au mois de février 2020, la production des industries du papier et du carton a connu une baisse de 4,6%, sous l’effet de la diminution de la production de sacs en papier.

Par rapport à mars 2019, l’activité des industries de production des industries du papier et du carton a reculé de 27,9%. La production totale au cours des trois premiers mois de 2020 a chuté de 10,6% par rapport à celle de la période correspondante de 2019. Globalement, en référence à mars 2019, l’Ansd note que l’activité de production industrielle du Sénégal s’est redressée de 3,3%. La production totale au cours des trois premiers mois de 2020 a augmenté de 1,0% comparée à celle de la période correspondante de 2019.