MONNAIE UNIQUE OU MONNAIE COMMUNE ?




La confusion est souvent entretenue entre une monnaie unique et une monnaie commune. L’agrégé d’économie, le Professeur Babacar Sène, enseignant à la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg) apporte des éclairages sur ces deux concepts.

1) MONNAIE COMMUNE

L’économiste explique que lorsque l’on parle de monnaie commune dans une zone, les monnaies nationales des pays ne sont pas supprimées. Elles continuent à circuler et à jouer leur rôle. Il y a une monnaie commune constituée sous forme de panier de monnaies qui sert de référence. L’un des exemples les plus cités reste l’Ecu, à l’époque du système monétaire européen. Il existait une parité par rapport aux monnaies nationales des pays qui étaient dans le système européen à travers le mécanisme de change. Le Pr Babacar Sène précise que dans le cadre de la monnaie commune, les banques centrales nationales continuent à mettre en œuvre leurs politiques monétaires. Comme exemple de monnaie commune, il cite le « Sucre » en Amérique latine.

Sur le plan international, il y a les Droits de tirage spéciaux (Dts) du Fmi considérée comme monnaie commune internationale. Le Dts est un actif de réserve international, créé en 1969 par le Fmi pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres. Ils peuvent être échangés contre des devises librement utilisables. Depuis le 1er octobre 2016, la valeur du Dts repose sur un panier de cinq grandes devises : le dollar des Etats-Unis, l’euro, le renminbi chinois (Rmb) appelé aussi Yuan, le yen japonais et la livre sterling.

2) MONNAIE UNIQUE

Par contre, avec la monnaie unique, les monnaies nationales disparaissent ; il y a une seule monnaie qui circule dans la zone. On peut citer l’exemple du F Cfa dans la zone franc constituée principalement de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cemac) et l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Il y a, également, l’Euro qui est en cours dans une partie des pays de l’Union européenne. Il faut préciser, à ce titre, que tous les pays de l’Ue n’utilisent pas l’Euro. En ce qui concerne la zone communautaire de l’Uemoa, ce sont les huit pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo) qui utilisent le FCfa comme monnaie unique. La particularité de la monnaie unique, selon l’économiste, est qu’elle peut s’organiser à travers deux systèmes : centralisé et décentralisé.

Dans le cadre d’une monnaie unique où le système fonctionne suivant une approche centralisée, la banque nationale fédérale a tous les pouvoirs et les banques nationales ne sont que des succursales. C’est la banque centrale qui émet la monnaie et gère les réserves et s’occupe de la politique monétaire.
Cependant, dans un système décentralisé, la banque centrale fédérale s’occupe de la politique monétaire et les banques centrales nationales se concentrent sur la gestion des réserves de change.

Si l’on prend l’exemple du F Cfa, cette monnaie fonctionne suivant un système centralisé. Ce qui n’est pas le cas pour l’euro qui, d’après Babacar Sène, suit un système décentralisé. Par exemple, la Banque centrale européenne (Bce), basée à Francfort, s’occupe plus de la politique monétaire de la zone euro. Mais les banques nationales comme la banque de France, d’Italie, d’Espagne gèrent les réserves de change.