Ghana : deux étudiantes canadiennes enlevées

Deux étudiantes canadiennes ont été enlevées à Kumasi, la deuxième plus grande ville du Ghana, pays qui a connu dernièrement plusieurs kidnappings contre rançon, a annoncé la police jeudi.

Les deux étudiantes, âgées de 19 et 20 ans, de l’Université technique de Kumasi, à environ 250 kilomètres au nord de la capitale, Accra, ont été kidnappées mardi vers 20H00 après avoir quitté leur appartement, rapporte la presse locale.

La police n’a pas donné les noms des deux étudiantes. Elle a toutefois précisé qu’elles étaient des volontaires travaillant pour Youth Challenge International, groupe canadien dont le siège est à Toronto.

Le porte-parole du ministère canadien des Affaires Etrangères, Guillaume Bérubé, a refusé de “commenter ou donner quelconque information qui pourrait ternir les efforts déployés pour garantir la sécurité des Canadiens”.

Il était pour l’instant impossible de déterminer s’il s’agit d’un kidnapping contre rançon opéré par des petits groupes mafieux, comme il est très souvent pratiqué au Nigeria, pays anglophone très proche culturellement du Ghana, ou s’il s’agit d’un kidnapping d’un groupe jihadiste.

le kidnapping, devenu monnaie courante
Plusieurs kidnappings contre rançon ont eu lieu ces derniers mois dans le pays, “un phénomène qui touche nos frères nigérians, mais que nous ne connaissions pas avant”, a déclaré le président Nana Akufo-Addo, fin avril.

En avril, un diplomate estonien a été enlevé 24 heures à Accra par un groupe criminel nigérian présumé. Un homme d’affaires indien a également été kidnappé pendant deux jours à Kumasi avant d‘être relâché.

Le Ghana n’a connu aucun trouble majeur de sécurité dans son histoire et a toujours été perçu comme un pays pacifique et paisible dans une région tourmentée par les guerres civiles, la criminalité rampante ou les groupes jihadistes.


Le pays d’Afrique de l’Ouest a d’ailleurs fait du tourisme, notamment nord-américain, l’un des piliers de son développement économique.

Mais le Ghana est également limitrophe du Burkina Faso, pays pauvre confronté depuis plusieurs mois à une explosion des violences attribuées à des groupes jihadistes.

Le Ghana, où les deux tiers de ses 30 millions d’habitants sont chrétiens et environ un tiers est musulman “vivent en coexistence pacifique que le monde nous envie”, a souligné le président Akufo-Addo mercredi.

Il a appelé toutefois les Ghanéens à “rapporter tout acte suspect à la police”.

La semaine dernière, un homme ressortissant du Burkina Faso a été arrêté en possession d’une arme à feu dans une église dans le nord du Ghana.