Ghana : un vaste complot international contre le pays de Nana Akufo-Addo ? On parle de sécession

Le Ghana, pays frontalier de l’Est de la Côte d’Ivoire serait-il en proie à un vaste complot de déstabilisation ? C’est ce que laisse croire une note sécrète qui s’appuie sur des mouvements de sécession qui se font entendre en ce moment au pays de Nana Akufo-Addo.

Pour les tenants de la thèse déstabilisatrice qui font circuler le message ci-dessous, le Ghana connaîtra des périodes sombres dans les jours à venir à l’instar de la Libye qui se voit aujourd’hui déchirée. Nous vous soumettons le message en question.

Ghana : Le ”Togoland” voit le jour

“La déstabilisation du Ghana par l’oligarchie financière, criminelle et barbare occidentale de concert avec des dirigeants africains vient de commencer. Tous les africains conscients qui suivent l’actualité du continent africain savent que le président français, Emmanuel Macron avait bu un bouillon amer lors de son voyage au Ghana.

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo avait rejeté l’aide au développement et l’aide des institutions financières proposées par le président français. Pour cela, le président ghanéen avait été critiqué partout en occident pour avoir affirmé que son pays n’était pas un enfant que l’on doit assister éternellement martelant d’ailleurs qu’il allait doter chaque ville de son pays d’une grande industrie avant la fin de son mandat afin de transformer les matières premières du Ghana sur place.

Envié par les dirigeants des pays frontaliers pour être le seul pays africain démocratique et économiquement stable ; le Ghana gêne beaucoup de ses voisins. Voilà qu’une partie du Ghana, notamment l’est du pays vient de demander leur sécession au reste du pays sous prétexte qu’avant la première guerre mondiale qu’elle appartenait au protectorat Allemand situé dans l’Ouest du Togo. Cette partie du Ghana vient donc de s’autoproclamer “le Togoland ” .

Ce qui est curieux, c’est que, les sécessionnistes reconnaissent l’existence de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance dans tout le pays ; mais, disent que tout cela ne suffit pas à côté de leur soit disant “dignité” d’origine qu’ils doivent retrouver. Cette situation est une grande première en Afrique. C’est du jamais vu en Afrique qu’un peuple demande l’indépendance pour quitter un pays démocratique qui est un État de droit, bien géré sous prétexte d’une prétendue “dignité d’origine” .

Il sied de signaler que l’on vient de découvrir plusieurs minerais de grande valeur dans cette partie du Ghana. Qui est réellement derrière cette sécession ? Qui tire les ficelles dans cette affaire ?”.

Abidjanpeople