Afrique du Sud : le roi zoulou appelle à la castration des violeurs

Le roi zoulou Goodwill Zwelithini a appelé à la castration comme punition pour le viol.

Le Roi s’adressait à des centaines de ses sujets lors de la journée Umkhosi weLembe (anciennement connu sous le nom de Shaka’s Day) à KwaDukuza, sur la côte Nord, lorsqu’il a suggéré que les violeurs soient castrés pour servir de leçons aux autres.

« Cela mettrait fin à tous ces cas de viols. La castration devrait être faite de manière à montrer au monde que la nation zouloue ne tolère pas cette honte ».

Il a également déploré le taux élevé de viols d’enfants et a appelé les dirigeants à freiner cette tendance.

« Les informations disponibles montrent que 41 % des personnes violées dans le pays sont des enfants, et seulement 4 % de ces crimes sont poursuivis en justice. Pourquoi un si petit pourcentage ? Cela signifie que les gens ne sont pas poursuivis en justice. Cela signifie qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans notre pays ou au sein du gouvernement ».

La suggestion du roi zoulou a cependant été critiquée par des militants de la violence sexiste, dont beaucoup soulignent que la castration sera une violation de la loi et des droits de l’homme.

Sibongile Mthembu, directrice de Wise Collective, une organisation non gouvernementale qui s’occupe des cas d’abus sexuels sur les lieux de travail, ne croit pas que la castration soit une option.

« Je ne pense pas que ce serait faisable dans le pays parce que cela nous ramènerait en arrière. C’est peut-être une solution rapide, mais ça ne marchera pas parce que notre constitution ne le permet pas ».