Algérie : Saïd Bouteflika, ex-« homme de l’ombre » du régime, condamné à quinze ans de prison

(FILES) In this file photo taken on May 19, 2012 Said Bouteflika, brother of Algerian President, attends the funeral of late Algerian singer Warda Al-Jazairia, one of the most famous singers in the Arab world, at the El-Alia cemetery in Algiers. An Algerian military court sentenced Saïd Bouteflika, brother of deposed President Abdelaziz Bouteflika, to 15 years in prison for "attacking the authority of the army" and "plotting against the authority of the state", the official agency APS reported on Wednesday. / AFP / Farouk Batiche / ALTERNATE CROP

Le frère cadet d’Abdelaziz Bouteflika était jugé pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’Etat ».

Quinze ans de prison pour les présents, vingt ans pour les absents. Le verdict du procès à huis clos entamé lundi 23 septembre au tribunal militaire de Blida, à 50 km au sud d’Alger, contre de hauts personnages du régime Bouteflika, est tombé mercredi matin.

Saïd Bouteflika, frère cadet et conseiller du président déchu Abdelaziz Bouteflika, l’ex-général de corps d’armée Mohamed Mediène, dit Toufik, chef de service de renseignements de 1990 à 2015, et son successeur, le général Athmane Tartag, dit « Bachir », étaient jugés pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’Etat ». Le tribunal les a sanctionnés d’une peine de quinze ans de prison ferme. Tout comme la dirigeante du Parti des travailleurs (trotskiste), Louisa Hanoune, jugée pour sa participation à une réunion avec ces protagonistes.

En fuite à l’étranger, l’ancien ministre de la défense, le général Khaled Nezzar, son fils Lotfi et l’homme d’affaires Belhamdine Farid, ont été condamnés par contumace à vingt ans de prison. Le procureur militaire avait requis vingt ans contre l’ensemble des accusés.

Piliers du régime

Emblématique, qualifié de « politique » par Miloud Brahimi, avocat de Saïd Bouteflika et du général Toufik, ce procès jugeait l’ultime tentative du clan présidentiel de peser sur l’après-Bouteflika. Ces piliers d’un régime ébranlé par un mouvement de contestation inédit depuis l’indépendance avaient tenté, fin mars, d’organiser une transition, en sollicitant sans succès l’ancien chef de l’Etat, le général Liamine Zéroual.

Quelques jours après ces manœuvres, le chef d’état-major de l’armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah – devenu depuis l’homme fort du pays –, avait fustigé des « réunions suspectes » en accusant ce qu’il a appelé l’issaba (la « bande ») de « comploter contre les revendications du peuple ». En même temps, il lâchait le président malade en exigeant la mise en œuvre de l’article 102 de la Constitution prévoyant l’empêchement du chef de l’Etat pour raison de santé.

Lire aussi Le coup de force du général Gaïd Salah en Algérie

Bouclé en un temps record, le procès s’est tenu loin des caméras. Un important dispositif policier était déployé aux abords du tribunal où les médias étaient interdits. Les rares informations concernant son déroulement ont émané des avocats. Le général Athmane Tartag, ex-coordinateur des services de renseignements, a dès le début refusé de comparaître. Lundi, Saïd Bouteflika a, quant à lui, refusé de répondre aux questions du juge et demandé à se retirer pour contester les accusations portées contre lui. Il a assisté, sans rien dire, à la deuxième journée du procès.

Vague d’arrestations

Le général Toufik, le puissant patron de l’ex-département du renseignement et de la sécurité (DRS) pendant un quart de siècle, s’est en revanche longuement expliqué pour contester l’existence d’un complot. Il a confirmé avoir effectivement proposé au général Liamine Zéroual, au cours d’une rencontre le 30 mars, de présider une instance de transition, mais précisé que celui-ci avait refusé en invoquant son état de santé.

L’ancien ministre de la défense Khaled Nezzar, qui avait fait un témoignage à charge contre Saïd Bouteflika en révélant publiquement que ce dernier lui avait dit qu’il était temps de destituer le chef de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, s’est retrouvé à la suite de l’instruction dans la position de coaccusé.

Le procès a eu lieu après une importante vague d’arrestations de personnalités de l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika. Une série d’enquêtes a été ouverte pour des faits présumés de corruption contre ces anciens hauts responsables du monde de la politique et des affaires, accusés d’avoir profité de leurs liens privilégiés avec le régime. Ces mises en cause n’ont pas éteint la contestation. Au cours du procès, des manifestants ont continué à descendre dans les rues pour exprimer leur opposition à l’organisation d’une présidentielle dès le 12 décembre, voulue par Ahmed Gaïd Salah.

lemonde.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.