Anglettere: Un pasteur nigérian et son épouse condamnés pour viols sur des enfants

Michael Oluronbi, un pasteur nigérian de 60 ans basé à Birmingham, en Angleterre, a été condamné mardi 14 janvier par un tribunal britannique pour 24 chefs d’abus et de viols sexuels sur des enfants.

Plus précisément, il a été reconnu coupable de 15 chefs de viol, sept chefs d’attentat à la pudeur et deux chefs d’agressions sexuelles. Sa femme, Juliana Oluronbi, 58 ans, a également été reconnue coupable de trois chefs d’accusation de complicité de viol.

Selon des documents judiciaires, cinq des sept victimes sont des frères et sœurs qui ont été maltraités à leur domicile où l’église a rendu des services. Les procureurs ont déclaré au tribunal qu’Oluronbi s’était caché sous le prétexte d’effectuer des délivrances et des travaux spirituels sur ses victimes, hommes et femmes, pour les agresser sexuellement. La principale tactique qu’il a employée a été de prétendre que Dieu lui avait demandé d’administrer des «bains saints» à certains membres de sa congrégation afin de les «purifier» et de les protéger des mauvaises influences.

Les procureurs ont déclaré au tribunal que les enquêtes policières avaient montré que sa femme, Juliana Oluronbi, apportait un soutien indéfectible à son mari et avait notamment organisé des avortements chaque fois qu’une des victimes tombait enceinte de ce dernier.


«Cette affaire impliquait des sévices sexuels graves et persistants de jeunes enfants vulnérables par un chef religieux. Le jeune âge des victimes augmente considérablement la gravité des infractions.”

«En raison du travail acharné et de la diligence de l’équipe du parquet et de la solidité des preuves, les deux accusés ont été reconnus coupables après le procès.”

«Ce n’est que grâce au grand courage des victimes que cet abus a été mis en lumière et que toute l’étendue du comportement ignoble et sans loi de ces personnes a été révélée.» a déclaré Georgina Hewins, du ministère public.

Oluronbi a été arrêté à l’aéroport de Birmingham en mai de l’année dernière alors qu’il tentait de quitter le pays pour le Nigeria avec certains de ses effets personnels et une somme d’argent. La police n’est pas en mesure de déterminer s’il tentait de fuir la justice, mais a souligné qu’il avait récemment été confronté aux mauvais traitements infligés par l’une de ses victimes.
Dans un aveu filmé l’année dernière par un membre de la famille d’une victime qui l’avait confronté, Oluronbi a été entendu en disant:
“Tout était de ma faute, et comme je l’ai déjà dit, je n’étais pas censé être humain. Je n’étais pas censé vivre sous le toit d’un être humain et j’ai dit que j’étais un animal. »

 La peine des Oluronbi devrait être connue à une date ultérieure.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.