Au Texas, un policier blanc abat une femme noire dans son propre domicile

Au Texas, un policier blanc abat une femme noire dans son propre domicile

Un officier blanc du département de police de Fort Worth au Texas est en congé administratif après avoir tué samedi matin une jeune afro-américaine de 28 ans chez elle. Un meurtre qui intervient moins de deux semaine après la condamnation à 10 ans de prison d’une ex-policière de Dallas (dans le même État) pour l’homicide de Bothan Jean, un noir de 26 ans.

Une unième « bavure »

NBC News rapporte que le meurtre d’Atiana Koquice Jefferson a été entièrement filmé sur l’appareil photo de l’agent non identifié, et que les autorités ont rendu publique une partie de cette séquence, montrant l’officier en train de regarder à l’intérieur d’une des fenêtres de la femme à l’aide d’une lampe de poche, debout dans la pièce et leur criant : « Haut les mains. Montre-moi tes mains », puis sort immédiatement son arme. Le coup de feu tiré depuis l’extérieur de la maison, traverse la fenêtre et atteint la jeune femme qui meurt aussitôt. La vidéo passe ensuite au noir.

La police de Fort Worth a déclaré qu’une seule balle avait été tirée. Elle dit avoir trouvé une arme à feu dans la chambre à coucher de la maison, mais les images de la caméra ne montrent aucune personne qui la tient ou la pointe au moment du tir, à l’exception du policier qui a ouvert le feu. Les unités principales des affaires internes du département de police ainsi que l’équipe d’incidents chargés de l’application des lois du procureur du comté de Tarrant ont ouvert une enquête.

L’agent qui est un officier de la police de Fort Worth depuis avril 2018, répondait à un appel concernant une résidence avec une porte ouverte. Le voisin de Jefferson, James Smith, a déclaré à NBC News qu’il avait appelé le numéro de non-urgence de la police pour signaler la porte ouverte. « Si vous ne vous sentez pas en sécurité avec le service de police, alors avec qui vous sentez-vous en sécurité ? », s’est-il inquiété.

Un meurtre difficile à concevoir

« Il n’y avait aucune raison pour qu’elle soit morte, car il n’y avait rien de violent. Il n’y avait pas d’appel de détresse à cette propriété particulière. Ils n’avaient aucune raison de venir ici avec des armes à feu dégainées », a-t-il déclaré à NBC Dallas-Fort Worth. Des proches ont confié que Jefferson surveillait son neveu chez elle à ce moment-là.

Sa tante, Venitta Body, a déclaré que Jefferson était une diplômée d’université avec un bon travail qui « n’aurait jamais été une menace pour personneC’est pourquoi, c’est si difficile à concevoir [son meurtre], a déclaré Body à la chaîne de télévision locale.

Le président de l’Association des officiers de police de Fort Worth, Manny Ramirez, a répondu à une demande de commentaire de la chaîne NBC Dallas-Fort Worth par un message texte indiquant : « Nous sommes tous profondément attristés par cette situation déchirante. Nous pleurons la perte d’un de nos citoyens avec le reste de notre communauté ».

L’explication de la police de Fort Worth

La police de Fort Worth a publié une longue déclaration expliquant la fusillade via Twitter. « Servir le public de manière transparente et ouverte lors de bons événements et d’événements difficiles est une condition préalable à tout service de police professionnel », commence le communiqué qui explique ensuite que l’agent responsable de la mort de la jeune afro-américaine répondait à l’appel de porte ouverte et affirme avoir perçu une « menace », ce qui l’a amené à faire sortir son arme et à tirer.

Au Texas, un policier blanc abat une femme noire dans son propre domicile

Il est dit qu’une arme à feu a été trouvée dans la maison, mais encore une fois n’indique pas si Jefferson était ou non près d’elle au moment de la fusillade. Selon le communiqué, l’enquête sera menée et à mesure qu’elle se poursuivra, « les informations seront communiquées le plus rapidement possible ».

La fusillade survient quelques semaines à peine après qu’Amber Guyger, ex-policière de Dallas, ait été condamnée à dix ans de prison pour la mort par balle de Botham Jean, un noir, à son domicile alors qu’il regardait la télévision et mangeait des glaces.