Brésil : 16 détenus décapités dans une prison

Au moins 52 prisonniers ont été tués par d’autres détenus lors d’affrontements entre groupes criminels organisés à la prison d’Altamira, dans le nord du Brésil, lundi, a annoncé les responsables de la prison.

Les autorités de la prison d’État de Para ont déclaré que 16 des victimes ont été décapitées tandis que d’autres ont été asphyxiées.

Le nombre de victimes pourrait potentiellement augmenter lorsque les autorités auront fouillé toutes les zones concernées, a déclaré le directeur des prisons d’État, Jarbas Vasconcelos, lors d’une conférence de presse.

Selon les autorités pénitentiaires, une bagarre a éclaté vers 7 heures du matin entre le Comando Vermelho de Rio de Janeiro et un autre groupe, le Comando Classe A.

« Les dirigeants du (Comando Classe A) ont mis le feu à une cellule appartenant à l’un des pavillons de la prison, où se trouvaient des membres du (Comando Vermelho) » peut-on lire dans le communiqué de la prison.

Jarbas Vasconcelos a déclaré que l’incendie s’était rapidement propagé, empêchant les forces de police d’entrer dans le bâtiment pendant environ cinq heures.

« C’était une attaque ciblée. L’objectif était de montrer qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre les deux groupes et non d’une protestation ou d’une rébellion contre le système pénitentiaire », a déclaré M. Vasconcelos.

Les autorités pénitentiaires ont déclaré qu’elles essayaient toujours de déterminer qui étaient les dirigeants derrière l’attaque de lundi. Les coupables seront transférés dans des prisons fédérales.

Les autorités n’ont pas trouvé d’armes à feu après l’émeute, seulement des couteaux de fortune.

Avant son élection, le président Jair Bolsonaro avait promis de mettre fin à la violence généralisée au Brésil, y compris dans les prisons souvent surpeuplés.