Brexit : le Parlement est suspendu, la confusion politique s’aggrave

A handout photograph released by the UK Parliament shows Speaker of the House of Commons John Bercow giving a personal statement in the House of Commons in London on September 9, 2019 to announce that he will stand down as the Speaker of the House of Commons on October 31 at the latest. British Prime Minister Boris Johnson faced another parliamentary defeat on September 9 in a vote on holding early elections as Brexit turmoil deepened with the House of Commons speaker promising to resign within weeks. - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / JESSICA TAYLOR / UK Parliament" / AFP / UK PARLIAMENT / JESSICA TAYLOR / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / JESSICA TAYLOR / UK Parliament"

Avant l’interruption, les députés ont infligé, lundi soir, une nouvelle défaite à Boris Johnson en refusant encore une fois de déclencher des élections législatives anticipées.

John Bercow a le sens du spectacle : le président de la Chambre des communes, alias « Mister Speaker », alias « Ooorder », a écrit un nouveau chapitre du trépidant feuilleton du Brexit, lundi 9 septembre, en annonçant qu’il quitterait ses fonctions le 31 octobre, après dix ans de tonitruant service. Pour Halloween et pour le jour du Brexit, si tant est qu’il ait bien lieu à cette date, ce qui paraît de moins en moins probable.

Les débats à la Chambre viennent à peine de commencer, poussivement, avec une discussion sur le coût des uniformes scolaires, quand M. Bercow réclame l’attention des élus. « Je vous remercie tous, du fond du cœur. Ce fut pour moi le plus grand privilège de toute ma carrière et j’en serai éternellement reconnaissant. Merci aussi à ma femme et à mes trois enfants »,ajoute-t-il, la larme à l’œil, jetant un regard à la galerie, où a pris place Sally Bercow, son épouse, régulièrement prise pour cible par les brexiters pour ses affinités travaillistes.

« Je ne m’excuserai absolument pas d’avoir contribué à augmenter les pouvoirs du Parlement », a affirmé le président de la Chambre des communes, John Bercow

M. Bercow, 56 ans, fils de chauffeur de taxi, ex-champion junior de tennis, n’a assurément pas choisi ce moment au hasard. Lundi 9 septembre est précisément le jour où, à peine revenus de la pause estivale, les élus doivent repartir en vacances forcées jusqu’à mi-octobre par une décision hautement controversée de Boris Johnson. « Un outrage constitutionnel », avait dénoncé M. Bercow, fin août.

lemonde.fr