Cameroun: Des coups de feu perturbent la rentrée dans les régions anglophones

Des coups de feu ont perturbé l’ouverture des classes dans les régions anglophones du Cameroun, selon les autorités.

Elles ont déclaré à la BBC que des séparatistes présumés essayaient d’effrayer les élèves et les enseignants en les empêchant de suivre les cours dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest déchirées par le conflit depuis 2016.

Des tirs ont été entendus dans la ville de Bamenda, dans le nord-ouest du pays.

Les responsables de l’éducation disent que dans la plupart des régions, les élèves et les étudiants sont restés terrer, craignant pour leur vie.

Les séparatistes, qui veulent créer un Etat appelé Ambazonia, avaient ordonné un bouclage dans les régions à la suite de condamnations à perpétuité prononcées à l’encontre de leurs dirigeants par un tribunal militaire il y a deux semaines.

Le mouvement en faveur d’un État indépendant a commencé en 2016 à la suite de plaintes pour discrimination de la part de la majorité francophone.

Les résidents ont également affirmé qu’ils étaient forcés d’utiliser le français à l’école et devant les tribunaux.

Ces images montrent la destruction de Kuke Mbomo, 25 km au Nord du Mont Cameroun
Image captionCes images montrent la destruction de Kuke Mbomo, 25 km au Nord du Mont Cameroun

Les deux régions anglophones sont le théâtre d’affrontements entre les forces gouvernementales et les séparatistes. L’insécurité a entraîné la fermeture d’au moins 4 400 écoles dans zone, affectant presque tous les enfants.

Un grand nombre d’élèves et étudiants ont émigré vers d’autres régions du pays à la recherche d’une éducation.

Plus de 500 000 personnes auraient fui leur foyer au cours des trois dernières années pour échapper à la violence.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.