Coronavirus: l’Asie affronte une deuxième vague de contaminations

Des plages australiennes aux rues de New Delhi, à travers toute l’Asie, les autorités ont intensifié ce week-end leurs efforts pour ralentir le coronavirus. Une seconde vague de contaminations est enregistrée dans des régions qui pensaient l’épidémie sous contrôle.

Le coronavirus a coupé l’Asie en deux. D’un côté, les pays d’Extrême-Orient et d’Océanie, qui ont connu les bilans les plus lourds. De l’autre, l’Asie du Sud-Est et le sous-continent indien, qui voient leur nombre de cas augmenter de façon inquiétante. Au total, l’Asie a dépassé ce dimanche les 95 000 personnes contaminées, soit un tiers des cas de Covid-19 enregistrés dans le monde, selon un décompte de l’Agence France-Presse.

En dehors de la Chine, où plus de 80 000 personnes ont été contaminées après l’apparition en décembre du premier cas de nouveau coronavirus à Wuhan, la Corée du Sud est le pays d’Asie le plus touché avec plus de 8 500 cas.

D’où viennent les nouveaux cas ?

Dans les pays où l’épidémie semblait maîtrisée comme la Chine, les autorités font désormais face à une deuxième phase de contaminations, notamment liée aux personnes rentrant de l’étranger. Mais selon certains observateurs, le retour au travail de millions d’employés présente un autre risque.

À Hong Kong, où le pire semblait passé, le nombre de personnes contaminées a presque doublé la semaine dernière, de nombreuses personnes revenant dans le centre financier.

Singapour a interdit aux visiteurs de courte durée de se rendre dans cette cité-État densément peuplée, après une vague de cas importés qui a fait grimper à 432 le nombre total de personnes contaminées.

Après avoir fermé ses frontières aux non-résidents et aux étrangers, l’Australie, qui compte 1 300 cas, a demandé aux habitants d’annuler leurs déplacements à l’intérieur du pays.

Effondrement potentiel de systèmes de santé déjà fragiles

Alors que le nombre de personnes porteuses du Covid-19 en Chine n’a cessé de baisser ces dernières semaines, d’autres pays voient les bilans s’alourdir. La Thaïlande a enregistré ce dimanche une soudaine hausse, avec 188 nouveaux cas. Ce qui laisse planer des doutes sur les chiffres recensés par ses deux voisins, la Birmanie et le Laos, qui, eux, ne font état d’aucun cas.

Des mesures visant à restreindre les déplacements ont été prises dans différents pays comme la Malaisie, où l’armée a été déployée pour imposer le confinement.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé l’Asie du Sud-Est à mener une lutte « violente » contre cette épidémie, redoutant qu’elle ne conduise à l’effondrement de systèmes de santé déjà fragiles.

Bombe à retardement sanitaire

Plus encore, l’Asie du Sud est pour certains une bombe à retardement. Le Pakistan, où 300 personnes seraient porteuses du coronavirus, a suspendu tous les vols internationaux.

En Inde, des millions de personnes ont été soumises ce dimanche à un couvre-feu national et « volontaire » à titre expérimental dans la lutte contre cette pandémie qui a déjà fait plus de 13 000 morts dans le monde. Le nombre de tests de dépistage a été augmenté dans ce pays d’1,3 milliard d’habitants, où 320 cas ont été recensés. Un chiffre qui serait largement sous-estimé.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.