Côte d’Ivoire : des djihadistes en fuite dans le Nord

Un groupe de terroristes, repéré par l’armée ivoirienne dans les environs de Sangopari, localité du département de Ferkessedougou, ont réussi à s’échapper. L’information a été rapportée ce vendredi 22 mai 2020 par Jeune-Afrique.

Selon l’agence, c’est le jeudi 14 mai 2020 que l’opération de démantellement du groupe terroriste, repérés depuis un certain temps dans le nord du pays, a été déclenchée par une unité d’élite de la gendarmerie nationale, non loin de la frontière avec le Burkina Faso voisin. Mais les malfrats ont eu le temps de disparaître dans la nature, après avoir eu vent des préparatifs de l’assaut.
Les forces burkinabè avaient pour mission de couper toute voie de retraite dans le sud de leur pays. Mais, selon Jeune-Afrique, la fuite a été organisée par un officier supérieur ivoirien : Daouda Bamba, le Commandant de l’Escadron mobile de la gendarmerie de Kong. Citant « plusieurs sources sécuritaires », l’agence rapporte que l’officier a communiqué les détails de l’opération à un civil qui les a ensuite ébruités.

L’officier serait actuellement incarcéré à titre disciplinaire, au camp Commando de Koumassi à Abidjan, pour « mauvaise moralité », pour une période de 50 jours. « Le Commandant supérieur de la Gendarmerie, le Général Alexandre Apalo Touré en a informé le ministre de la Défense Hamed Bakayoko », précise par ailleurs l’agence.

Faut-il le rappeler, la Côte d’Ivoire a déjà été victime d’une attaque terroriste. C’était le 13 mars 2016 à Grand-Bassam où 19 personnes ont perdu la vie. L’attaque avait aussi occasionné 33 blessés. Depuis lors, la Côte d’Ivoire a entrepris des actions envers ses partenaires, dont la France, pour devenir la base des opérations anti-terroristes dans la région ouest-africaine. C’est dans ce cadre qu’elle a accepté la construction du Centre anti-terroriste à Jacqueville, pour la formation des troupes.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.