Côte d’Ivoire, la succession hasardeuse d’Alassane Ouattara

Mondafrique

Nicolas Beau

L’état de santé du Premier ministre ivoirien et héritier putatif, Amadou Gon Coulibaly, s’ajoute à toutes sortes de turbulences qui marquent la fin du règne du président ivoirien qui ne se représentera pas à la prochaine élection présidentielle


Plusieurs signaux laissent interrogatifs le monde politique ivoirien et les chancelleries diplomatiques sur le départ précipité d’Amadou Gon Coulibaly (61 ans), l’actuel premier ministre d’Alassane Ouattara (78 ans), qui a quitté précipitamment Abidjan, le samedi 2 mai 2020, afin de se rendre d’urgence à Paris pour  » un contrôle médical ».

En pleine pandémie du Covid-19, alors que les frontières sont fermées et que la France a fermé son espace aérien, un départ d’Abidjan pour Paris un samedi soir n’est pas anodin. Ce départ non programmé est d’autant plus surprenant qu’il a été annoncé par la présidence ivoirienne dans des formes inhabituelles et qu’un intérim a été confié, dans une certaine précipitation, au ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bayayoko, laissant entendre qu’Amadou Gon Coulibaly pourrait prolonger son séjour parisien. Il faut aussi rappeler que le Secrétaire général de la Présidence, Patrick Achi a été testé positif au Covid-19 et avait dû se résoudre au confinement, ce qui avait été aussi le cas Hamed Bagayoko à la suite de sa positivité au Covid-19.

Une compétition ouverte

Le chef de l’État ivoirien voit se multiplier les problèmes et les questions quasi insolubles. Outre l’affaire Guillaume Soro, le sort de Laurent Gbagbo et ses proches, les inquiétudes financières et économiques viennent s’ajouter à la compétition ouverte pour sa succession.

Amadou Gon Coulibaly est le plus fidèle compagnon de route d’Alassane Ouattara mais il a une santé fragile depuis ses ennuis cardiaques. Ceux-ci lui avaient valu une opération chirurgicale délicate, à l’hôpital La Pitié-Salpétrière de Paris, en 2012. Ces soucis de santé l’oblige à redoubler de précautions surtout avec la propagation du Covid-19 qui n’épargne pas la Côte-d’Ivoire, même si celle-ci reste actuellement modérée, sans pour autant épargner la classe politique.

Amadou Gon Coulibaly doit se rendre régulièrement à Paris pour y effectuer des checks up. Son dernier contrôle de santé n’avait pu être effectué, le 16 avril 2020, car alors en confinement, ayant côtoyé un testé positif au Covid-19. Nul doute qu’avec ses soucis de santé, Amadou Gon Coulibaly prenait des risques en s’attelant à la tâche éprouvante de chef de gouvernement. Qu’en serait-il pour assurer les responsabilités de chef de l’Etat?

Hamed Bagayoko en embuscade


On peut imaginer le désarroi d’Alassane Ouattara avec ce coup de semonce pour la santé de son Premier ministre et surtout son favori pour sa succession. A six mois de l’échéance présidentielle, cela ne pouvait pas plus mal tomber. L’intrigant aux multiples réseaux, Hamed Bagayoko, le  » meilleur ennemi » d’Amadou Gon Coulibaly, sera probablement plus un Premier ministre intérimaire qu’un chargé de l’intérim du Premier ministre.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.