États-Unis: les Afro-Américains ont plus de risques d’être tués par la police

Selon cette enquête les hommes noirs constituent de loin la population la plus exposée aux violences policières puisqu’un homme noir sur 1 000 est tué par la police que ce soit par arme à feu, taser ou étouffement.

La probabilité de se faire tuer par un policier pour les hommes d’origine hispanique est inférieure par rapport aux hommes afro-américains. Pourtant elle est 1,4 fois plus grande que pour un homme blanc. En revanche, les femmes hispaniques ont légèrement moins de risque d’être tuées par des policiers que les blanches.

L’historien François Durpaire, spécialiste des États-Unis, explique quels sont les facteurs entraînant cette mortalité plus importante face à la police : « Il y a le facteur du préjugé raciste. Il y a le facteur de la peur que certains policiers ont lorsqu’ils interviennent auprès de la communauté noire. Là, il y a un travail considérable à faire parce que pour le même type d’interpellation, lorsque vous êtes noir, vous avez plus de risque que la situation dégénère que lorsque vous êtes blanc. »

120 armes à feu pour 100 habitants

Alors que ce dimanche 4 août les États-Unis ont encore connu une fusillade très meurtrière, le chercheur appuie aussi sur la recrudescence des armes à feu aux États-Unis : « Il y a un certain nombre de facteurs qui expliquent ce risque augmenté pour les hommes noirs de se faire abattre par la police. Il y a la question du nombre d’armes à feu dans la société américaine. Il faut se rappeler que les Américains ont un taux d’armes à feu qui est à peu près de 120 armes à feu pour 100 habitants, c’est-à-dire plus d’armes à feu que par habitant. C’est le pays qui, au monde, a le plus d’armes à feu. »