Fin de partie pour l’étude controversée du Lancet doutant de l’hydroxychloroquine




Par Amélie BOTTOLLIER-DEPOIS,

24matins.fr

Submergée de critiques de scientifiques du monde entier, l’étude du Lancet à l’origine d’un changement éphémère de politique de l’OMS sur l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 a finalement sombré jeudi après la rétractation de trois de ses quatre auteurs.

“Nous ne pouvons plus nous porter garants de la véracité des sources des données primaires”, écrivent les trois auteurs au Lancet, mettant en cause le refus de la société les ayant collectées, dirigée par le quatrième auteur, de donner accès à la base de données.

Publiée le 22 mai dans la célèbre revue médicale, l’étude concluait que l’hydroxychloroquine n’était pas bénéfique aux malades du Covid-19 hospitalisés et pouvait même être néfaste.

Alors que d’autres travaux à plus petite échelle étaient parvenus à la même conclusion qu’elle, sa parution avait eu un retentissement mondial et des répercussions spectaculaires, poussant notamment l’OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre ses essais cliniques sur l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Mais les critiques n’ont pas tardé, en masse, venues des défenseurs de la controversée molécule comme le chercheur français Didier Raoult qualifiant l’étude de “foireuse”, mais aussi de scientifiques sceptiques sur l’intérêt de ce médicament pour les malades contaminés par le nouveau coronavirus.

Alors mercredi, l’OMS a finalement annoncé la reprise des essais cliniques avec l’hydroxychloroquine et l’étude européenne Discovery envisage de faire de même.

Les principales critiques portaient sur la fiabilité des données de cette étude (96.000 patients de 671 hôpitaux) collectées par Surgisphere, qui se présente comme une société d’analyse de données de santé et qui est dirigée par Sapan Desai, quatrième auteur de l’article.

Les auteurs ont alors répondu en annonçant un audit “indépendant” sur leurs résultats et l’origine des données. Mais trois d’entre eux, dont le principal Mandeep Mehra, ont finalement jeté l’éponge.

Surgisphere ayant refusé de transférer la base de données en raison des accords de confidentialité avec ses clients, les experts missionnés “n’ont pas pu conduire une revue indépendante et nous ont informés de leur retrait du processus d’évaluation par les pairs”, écrivent-ils dans le texte publié jeudi par le Lancet, présentant “leurs plus profondes excuses”




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.