Ghana: Une tentative de coup d’Etat déjoué par forces de sécurité

Les forces de sécurité ghanéennes ont déjoué « un complot » qui ciblait la présidence et dont « le but ultime [est] de déstabiliser le pays », selon le ministère de l’Information. Vendredi dernier, une opération de sécurité conjointe a conduit à l’arrestation de trois personnes et à la saisie de plusieurs armes, selon le communiqué.

Parmi les personnes arrêtées figurait un fabricant d’armes local.

Le gouvernement militaire du Ghana a annoncé lundi qu’il avait déjoué un coup d’Etat préparé par deux Ghanéens et un Nigérien.

Une déclaration officielle publiée à Accra précise que les trois hommes sont MM. Baffour Awuah (Ghana), Sidi Ali (Nigéria), tous deux anciens membres de l’institut idéologique Kwame Nkrumah, et Osei Poku (Ghana), ancien officier administratif de la brigade des ouvriers (organisation d’Etat).

Deux lieutenants de l’armée ghanéenne, MM. Owusu Gyima et A. Sulemana, et deux des trois auteurs du complot ont été arrêtés, précise la déclaration.

D’autre part, M. Boye Moses, garde du corps de l’ancien président Nkrumah, a été ramené par avion de Conakry, où il était réfugié, et incarcéré à la prison d’Accra. Auparavant, le prisonnier avait été placé dans une cage et promené au milieu d’une foule hostile dans les rues de la capitale ghanéenne.

L’opération a eu lieu après « 15 mois de surveillance et de collecte de preuves sur les activités des principaux suspects et autres ».

Entre juin et août de l’année dernière, l’un des suspects « a contacté un certain nombre de militaires en service et leur a parlé pour les convaincre d’élaborer et d’exécuter un complot visant à obtenir des armes, à prendre le contrôle d’installations clés et à obtenir des fonds en vue de prendre le pouvoir », indique le communiqué.

Le Ghana est considéré comme l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest depuis sa transition vers la démocratie multipartite en 1992, reléguant au passé une succession de coups d’État.

Le président Nana Akufo-Addo a remporté une élection en décembre 2016, le président sortant John Mahama acceptant la défaite après un scrutin âprement disputée.

Par RSA Avec Africa24monde 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.