Guinée : la “Vague rouge” continue de défier Alpha Condé




L’opposition guinéenne est toujours déterminée à faire barrage au projet prêté au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat fin 2020. Le Front national de défense de la Constitution (FNDC), le collectif de partis, de syndicats et de membres de la société civile qui mène la protestation, a appelé à partir de lundi à une mobilisation « massive » et « illimitée » qui fait craindre de nouvelles violences dans le pays.Le gouvernement, en guise de riposte, n’a trouvé mieux de mettre en garde les manifestants contre tout trouble à l’ordre public.
A l’image des gilets jaunes en France, les manifestants s’habillent en rouge pour exprimer leur colère. Chaque lundi, la “Vague rouge” va occuper les rues de Conakry pour se faire entendre.
L’opposition est convaincue que le chef de l’Etat, élu en 2010 et réélu en 2015, entend se représenter fin 2020 alors que la Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Elle a été confortée dans ses craintes en décembre quand M. Condé, 81 ans, a indiqué qu’il comptait soumettre aux Guinéens un projet de nouvelle Constitution, même s’il ne s’est pas exprimé sur ses intentions personnelles.

Les enseignants également sont en grève illimitée depuis le jeudi 9 janvier. Ils réclament une augmentation de leur salaire de base et le recrutement dans la fonction publique de quelques 11 500 contractuels. Une réunion avec le gouvernement est prévue lundi 13 janvier. Samedi dernier, neuf enseignants et deux lycéens ont été placés en garde à vue pour « violence, menaces et troubles », selon leur avocat, Me Salifou Beavogui