Irak: une tuerie fait au moins 17 morts dans le centre de Bagdad




L’Irak, où la contestation se poursuit depuis deux mois, est à nouveau touché par une vague de violences extrêmes. Des hommes armés ont attaqué les manifestants dans le centre-ville de Bagdad, faisant au moins 17 morts.

Ce fut l’une des attaques les plus meurtrières depuis le début de la contestation. En début de soirée ce vendredi soir à Bagdad, des dizaines d’hommes armés, dont l’identité reste pour l’heure inconnue, ont débarqué aux abords de la place Tahrir à bord de plusieurs pickups. Sur des vidéos filmées par les manifestants, on peut voir ces hommes masqués, installés à l’arrière de ces véhicules, des armes à la main.

Après être entrés dans ce parking, symbolique pour les manifestants, des salves de balles ont retenti, dans la nuit la plus sombre, alors qu’une coupure d’électricité avait plongé peu de temps auparavant cet immeuble dans le noir le plus total. Quelques instants plus tard, des ambulances emmenaient des dizaines de manifestants blessés par balles dans les hôpitaux les plus proches.

Les milices mises en cause par les manifestants

Beaucoup de ces protestataires accusent aujourd’hui les milices. Les mêmes, selon eux, qui avaient fait la veille une démonstration de force dans les rues de Bagdad, défilant vers la place Tahrir en scandant des slogans contre les États-Unis, l’Arabie saoudite, ou le parti Baas. Plusieurs attaques aux couteau avaient alors été signalées, sans que les assaillants ne soient identifiés. Beaucoup y avaient déjà vu le signe d’un regain de violences dans les jours à venir.