Italie : 7 Sénégalais arrêtés pour traite d’êtres humains et exploitation sexuelle




Une enquête de six mois a permis à la justice de Reggio de Calabre, dans le sud de l’Italie, de démanteler un réseau de malfaiteurs africains. Parmi les 29 arrêtés, figurent 7 Sénégalais. Ils sont accusés de courtage et d’exploitation illicite de main-d’œuvre contre des travailleurs agricoles africains, facilitation et exploitation de la prostitution de femmes africaines, possession et trafic de drogue de type marijuana.

C’est une enquête de six mois qui vient d’être bouclée, faisant 29 arrestations, dont 7 ressortissants sénégalais. C’est un réseau de malfaiteurs d’origine africaine qui opéraient dans la région de Reggio de Calabre, dans le sud de l’Italie. Ces Africains dont 7 Sénégalais s’activaient dans le courtage et l’exploitation illicites de main-d’œuvre avec pour cibles des travailleurs agricoles non européens. Ces Africains ont été épinglés pour la commission d’autres délits comme la facilitation et l’exploitation de la prostitution de femmes africaines et la possession à des fins de trafic, de drogue de type marijuana.

Cette vague d’arrestations fait suite à une plainte d’un ouvrier agricole sénégalais contre un des chefs de gang de nationalité ghanéenne de cette organisation. La plainte a été déposée depuis le mois de juillet et expliquait les pratiques qui avaient cours dans cette partie de l’Italie et dont les auteurs sont des ressortissants africains. Les carabiniers du commandement provincial de Reggio de Calabre, avec le soutien de l’unité d’inspection du travail, lance les recherches sous la supervision du ministère public de la Cour ordinaire de Palmi.

Pour réussir leur mission, qui paraissait difficile dès le départ, les enquêteurs ont utilisé des méthodes d’enquête traditionnelles : le repérage, l’observation, la prise de vidéos et la mise à contribution de personnes informées des faits, ainsi que le recours à des activités d’interception, pour faire la lumière sur l’existence d’un véritable réseau de malfaiteurs, composé de ressortissants africains et à l’époque des faits domiciliés sur le site des bidonvilles de San Ferdinando et dans la municipalité de Rosarno. En concurrence avec les propriétaires d’exploitations et de coopératives opérant dans le secteur de la collecte et de la vente d’agrumes dans la Piana di Gioia Tauro. Ils étaient principalement impliqués dans le courtage et l’exploitation illicites de main-d’œuvre contre des travailleurs agricoles africains, la facilitation et l’exploitation de la prostitution de femmes africaines, la possession et le trafic de drogue de type marijuana.

Après six mois d’enquête, il a été a mis en œuvre une ordonnance d’application d’une mesure de précaution personnelle, rendue par le tribunal de Palmi, à la demande du procureur local de la République contre 29 personnes dont 7 Sénégalais, pour diverses infractions, hier matin. Il s’agit notamment des Sénégalais Cheikh Lo, âgé de 68 ans, Babacar Ndiaye, âgé de 54 ans et Ibra Ndiaye, âgé de 36 ans. Les trois concitoyens ont été écroués hier après leur arrestation. Pendant ce temps, Mbaye Ndiaye, âgé de 53 ans, et Diouma Gorgui Sarr, âgé de 36 ans, sont placés en position de garde à vue. Tandis que Abdou Khadim Diop, 36 ans et Amath Ndiaye, 59 ans, se sont vu notifier une interdiction de sortie du territoire et obligation de présentation devant la justice. Les autres nationalités sont composées de Ghanéens, Libériens, Ivoiriens, Burkinabés et d’Italiens.