« J’ai eu peur d’être frappé » : des djihadistes français torturés en Irak

L’ONG Human Rights Watch souligne que « les graves lacunes des procès irakiens, dont la torture, sont bien documentées ».

Human Rights Watch a appelé ce vendredi 31 mai Paris à ne pas « sous-traiter la gestion » des djihadistes français présumés « à des systèmes judiciaires abusifs », après que plusieurs Français, jugés en Irak et passibles de mort, ont affirmé que leurs « aveux » ont été extorqués sous la contrainte.

Alors que le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian affirme que les sept Français condamnés à mort pour appartenance au groupe Etat islamique (EI) ont bénéficié de « procès équitables », HRW rappelle que « les graves lacunes des procès irakiens, dont la torture, sont bien documentées ».

Paris, qui dit respecter et ne pas vouloir s’ingérer dans les décisions de la justice irakienne, affirme avoir réitéré auprès de Bagdad son opposition à la peine de mort.