«J’aime le pétrole»: Trump définit l’objectif principal des États-Unis en Syrie

Trump a admis que les troupes américaines n’avaient plus aucun intérêt à patrouiller les frontières de la Syrie, mais s’est félicité d’avoir maintenu le contrôle sur les réserves pétrolières du pays.

Lors d’une séance de questions-réponses, Donald Trump a affirmé devant les journalistes que l’objectif des États-Unis en Syrie était de garder le contrôle du pétrole dans ce pays. Les troupes américaines resteront dans le pays à cette fin mais ne patrouilleront plus les frontières, a-t-il admis.

«Le cessez-le-feu est maintenu avec succès. Nous venons de partir, mais nous avons gardé le pétrole», a-t-il déclaré le 1er novembre devant plusieurs médias américains. «D’autres [pays] peuvent patrouiller la frontière [syrienne]. Nous n’en avons plus besoin. Nous voulons ramener les soldats chez eux, mais nous les laissons là-bas pour garder le contrôle du pétrole», a admis le Président.

«J’aime le pétrole», a lancé Trump, avant de mentionner la «victoire éclatante» sur Daech*, lorsque les troupes américaines ont abattu «le terroriste numéro un dans le monde», faisant référence à la mort du leader de Daech*, Abou Bakr al-Baghdadi. «Nous avons ensuite abattu le numéro deux [de Daech*]», a poursuivi Trump. «Et nous avons déjà le numéro trois dans le collimateur», a-t-il conclu.

La veille, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait accusé les États-Unis d’exporter illégalement du pétrole depuis les régions du nord-est de la Syrie. Selon elle, les Américains font sortir de ce pays plus de 30 millions de dollars de pétrole par mois, sous prétexte de lutte contre le terrorisme. La Défense russe avait fait une déclaration similaire, affirmant que le produit de la vente de l’or noir syrien était reversé aux services spéciaux américains et à des entreprises militaires privées.

fr.sputniknews.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.