LA FRANCE AUGMENTE LA PRESSION SUR PAUL BIYA

En marge de la visite de Denis Sassou Nguesso  à  Paris, le ministre des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian a demandé au chef d’État congolais de libérer les opposants politique. En plus, il a  en profité pour mettre la pression aux autorités camerounaises devant  la presse.

” L incarcération de Maurice kamto n est pas acceptable dans un pays qui se dit démocratique,la France intensifie la pression sur Yaoundé pour sa libération sans condition”, a-t-il plaidé. Une déclaration qui augmente la pression sur le régime Biya, alors que le procès de l’opposant Maurice Kamto et ses alliés qui a débuté au tribunal militaire, a été renvoyé au 8 octobre 2019.

Nous sommes préoccupés par ce développement judiciaire et restons attentifs à la situation de M. Kamto et à celle d’environ 200 de ses partisans qui sont détenus», avait déclaré  déclaré la directrice de la communication et porte-parole du ministère français des Affaires Etrangères, au cours d’un point de presse le 13 février 2019.

“L’opposition camerounaise, dont il est l’une des figures, doit pouvoir s’exprimer librement, dans le respect de la loi” avait  conclu Agnès Von der Mühll. Avant cette sortie, la France s’était déjà dit «préoccupée» et «attentive» à la situation de l’opposant camerounais et à celle de ses militants.

Le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et environ 200 de ses soutiens politiques, militants et sympathisants ont été arrêtés les 26 et 28 janvier 2019 à Douala et dans plusieurs autres villes du pays. Yaoundé leur reproche d’avoir organisé, au mépris des interdictions des autorités, des marches “pacifiques” le 26 janvier à travers le pays.

Le ministre Jean-Yves Le Drian avait été  auditionné mardi 28 mai par la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Il n’avait pas caché mardi soir son inquiétude au sujet du Cameroun. « Dans les régions anglophones du Cameroun, la situation continue de se dégrader, a-t-il souligné. Les pertes humaines sont de plus en plus lourdes. »

La France, l’Union européenne et les Nations unies font tout, avait  assuré Jean-Yves Le Drian, pour pousser Paul Biya à prendre des initiatives afin de trouver une issue politique à la crise.

Le patron de la diplomatie française s’ était  également dit ” très préoccupé de la situation du juriste international Maurice Kamto. Nous souhaitons que cette figure importante du Cameroun puisse être libérée. Nous faisons pression régulièrement, fortement. Y compris le président de la République a appelé le président Biya pour qu’on trouve des solutions.”, avait-t-il déclaré.

Paul Biya peut-il continuer à rester sourd aux appels de Paris et se risquer à défier son maître dont il se réclame être le meilleur élève? Ou alors, la France fait-elle de simples déclarations démagogiques ?

coupsfrancs.com