La Libye, nouveau théâtre d’intervention des Russes

A plume of smoke rises above buildings as fighters loyal to the UN-recognised Government of National Accord (GNA) gather during clashes with forces loyal to strongman Khalifa Haftar, in Espiaa, about 40 kilometers (25 miles) south of the Libyan capital Tripoli on August 21, 2019. (Photo by Mahmud TURKIA / AFP)

Après la Syrie, la Libye ? Depuis début novembre, la « bataille de Tripoli », commencée il y a sept mois et demi, prend un nouveau visage, avec une implication croissante de soldats russes aux côtés des forces assaillantes du maréchal Khalifa Haftar, qui pourrait à terme bouleverser la donne stratégique dans cette zone de la Méditerranée centrale.

La présence de ces nouveaux combattants, des « mercenaires » vraisemblablement liés à la compagnie de sécurité privée Wagner, proche de Moscou, place d’ores et déjà sur la défensive les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) de Faïez Sarraj, formellement reconnu par la communauté internationale. « C’est très sérieux et préoccupant, on risque un scénario de type syrien », commente un diplomate occidental en poste à Tripoli.

Lire aussi Des mercenaires russes accusés d’avoir torturé et décapité un déserteur de l’armée syrienne

Jusque-là plutôt en retrait sur la crise libyenne, les Etats-Unis dénoncent désormais ouvertement cet activisme militaire inédit déployé par Moscou sur le théâtre libyen. Ce dernier a été qualifié de « tentative de la Russie d’exploiter le conflit contre la volonté du peuple libyen », selon les termes d’un communiqué conjoint signé le 14 novembre avec une délégation du GNA, de passage à Washington.

La manifestation de mauvaise humeur américaine est sans précédent et fait monter la tension entre les deux pays, la Russie niant farouchement les faits. Déjà en proie aux ingérences de puissances régionales – l’Armée nationale libyenne (ANL) de Haftar est soutenue par l’Egypte, les Emirats arabes unis (EAU) et l’Arabie saoudite, tandis que le GNA de Sarraj est appuyé par la Turquie –, la Libye pourrait se trouver aspirée dans une nouvelle rivalité entre Washington et Moscou.

Arrivée soudaine de paramilitaires russes

Face aux démentis russes, les groupes armés de Tripoli loyaux au GNA de Sarraj ont diffusé des photos et des vidéos montrant des documents d’identité, des clichés personnels de russes.

lemonde.fr/afrique

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.